Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Guy Turcotte incapable de se donner la mort

Guy Turcotte a expliqué qu'il ne s'est pas enlevé la vie avec le couteau qui a servi à poignarder ses enfants à mort, car il ne le trouvait plus après le double meurtre.

Accusé du meurtre prémédité de ses deux enfants - Olivier et Anne-Sophie - Guy Turcotte a dû répondre aux questions du procureur de la Couronne, René Verret, ce matin au palais de justice de Saint-Jérôme.

« Vous avez donné 46 coups de couteau à vos enfants, pourquoi ne pas avoir eu le courage et la force de vous en donner un seul? », lui a demandé le procureur.

« J'ai essayé », a-t-il répondu, en faisant le geste de se taillader le bras. « Si j'avais eu toute ma tête, je n'aurais pas fait ça comme ça »

L'homme de 43 ans a ensuite affirmé qu'il ne trouvait plus de couteau pour se donner la mort. « Je cherchais le couteau, mais je ne le trouvais pas », a répondu l'accusé.

Le procureur de la Couronne lui a fait remarquer qu'un couteau avait été retrouvé sous le corps de son fils, dans le lit de ce dernier, et qu'il était visible, photo de la scène de crime à l'appui. De plus, M. Verret a ajouté qu'un autre couteau avait été retrouvé sur le bord du bain dans la salle d'eau adjacente à la chambre de l'accusé.

- Comment avez-vous pu ne pas le voir? A demandé le procureur de la Couronne.

- Comment voulez-vous que j'explique cela? A répondu l'accusé.

Guy Turcotte prétend n'avoir que des souvenirs fragmentaires - des « flashs », selon son expression - de la soirée du drame. Il répond aux questions de l'avocat en regardant le sol, mais l'émotion qui l'étreignait et l'envahissait lors de son témoignage d'hier a disparu.

Guy Turcotte soutient qu'il était en détresse psychologique le soir du 20 février 2009, soir du drame. Il a avoué qu'il était dangereux ce soir-là, « les gens en détresse sont des gens qui sont dangereux », a-t-il théorisé devant la Cour.

Une tentative de suicide

L'ancien cardiologue affirme qu'il a bu du lave-glace dans le but de s'enlever la vie après avoir couché ses enfants, mais, constatant que ses enfants allaient le trouver mort, il a décidé de les tuer pour « les emmener avec lui ».

Me Verret a commencé le contre-interrogatoire de l'accusé mardi. Il a notamment lancé à Guy Turcotte qu'il a une mémoire sélective et qu'il choisit d'oublier certains éléments de la soirée du 20 février 2009 lors de laquelle il a poignardé à mort ses enfants.

M. Verret l'a aussi contre interrogé sur la semaine qui a précédé les meurtres et sur la journée du 20 février, en suggérant qu'il fonctionnait normalement, sans même s'absenter du travail.

L'accusé a également soutenu ne garder aucun souvenir de son hospitalisation à l'hôpital de Saint-Jérôme à la suite de la découverte des corps de ses enfants.

Le contre-interrogatoire de Guy Turcotte est terminé. Des experts viendront témoigner de l'état de santé mentale de l'accusé le jour du drame.

Le procès a débuté à la mi-septembre au palais de justice de Saint-Jérôme. La Couronne a fait entendre 29 témoins. Les avocats de Guy Turcotte ont indiqué qu'il allait présenter une défense de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux. Ce faisant, l'accusé tente d'éviter de se faire condamner pour meurtre et de se retrouver en prison.

Guy Turcotte a plaidé non coupable aux deux accusations de meurtre. Il a toutefois admis avoir causé la mort de ses jeunes enfants.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.