Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Essai routier Ford Edge Sport 2016: une nouvelle image (PHOTOS)

Étonnant de constater que certains véhicules passent quasi inaperçus durant de longues années, puis deviennent tout à coup au goût du jour après une cure de rajeunissement. C’est notamment le cas du Ford Edge. Après quelques années passées dans l’anonymat après un certain succès lors de son lancement, le Edge est revenu à la mode. Il faut dire qu’il vient d’être redessiné.

C’est du moins ce que l’on peut constater quand on lit les questions que les lecteurs nous envoient concernant le choix de leur véhicule. Jusqu’à tout récemment, le Edge ne faisait que très occasionnellement partie de la liste. Aujourd’hui, il est devenu un joueur régulier.

Une des raisons qui expliquent cette popularité soudaine, c’est le nouveau look que l’on a confié au multisegment. Les mauvaises langues diront sans doute que l’on ne réinvente rien, ce qui est loin d’être faux. Mais le petit rafraichissement proposé sur le Edge lui donne une nouvelle allure de jeunesse.

Sa silhouette un peu courtaude, haute sur patte, mais rondelette (sans aucun lien avec ma propre silhouette dois-je le préciser) lui permet de sortir de la masse.

Et pour la nouvelle mouture, on a même apporté quelques changements notamment à la grille de calandre et à quelques détails aérodynamiques. La plus belle des grilles demeure cependant celle de la version Sport avec sa finition noire éclatante. Cette même version Sport profite aussi de pneus de 20 pouces qui ajoutent un style unique ainsi qu’une certaine exclusivité au modèle. Attention cependant au coût plus élevé qui est à prévoir pour les pneus d’hiver.

Ford Edge Sport 2016

Le véritable changement, il est cependant dans l’habitacle remanié. Le design est moderne, plus racé, plus efficace, et beaucoup plus agréable au quotidien.

Notons également que Ford a décidé de ramener de véritables boutons pour certaines fonctions fréquemment utilisées au lieu des commandes tactiles et étriquées de l’ancienne génération. Bien qu'élégantes, ces commandes n'étaient pas particulièrement conviviales au quotidien. C'est peut-être moins techno aujourd’hui, mais en revanche il n’y a plus de soupirs de découragement et de frustration dès que l'on souhaite changer la station de radio ou ajuster la climatisation.

Et de toute façon, difficile de critiqué le design de l’habitacle qui est à la hauteur du prix du Ford Edge. Un prix assez élevé lorsque l’on se tourne vers les versions plus haut de gamme.

Des versions vous dites?

Notre modèle d’essai était le modèle Sport, le plus dispendieux de la gamme et la seule version à offrir le moteur V6 EcoBoost de 2,7 litres développant 315 chevaux, partagé aussi avec le Ford F-150.

Somme toute nerveux, bien que vite rendu à bout de souffle, le petit moteur se distingue surtout par son économie d'essence. Doublé de la boite automatique à six vitesses et du rouage intégral de série, le Ford Edge Sport affiche une consommation raisonnable (pour ce type de véhicule) environnant les 12,0 litres aux 100 kilomètres selon le constructeur. Cela dit, j’ai réussi à faire mieux gracieuseté sans doute d’un long parcours sur l’autoroute.

L’EcoBoost ne fait pas l’unanimité, il faut l’avouer. Pour certains, soit il est Eco, c’est-à-dire qu’il est capable des meilleures cotes de consommation s’il est conduit avec une certaine délicatesse; soit il est Boost, c’est-à-dire qu’il verra sa consommation augmenter à la vitesse du son si on insiste un peu auprès de l’accélérateur, ou si on a le malheur de remplir le véhicule au maximum de sa capacité. Ultimement, votre comportement au volant dictera le résultat final au niveau de l'économie, plus que sur d'autres véhicules du même genre.

Dans ses autres déclinaisons, le Ford Edge reçoit un moteur quatre-cylindres de 2,0 litres beaucoup moins puissant de 245 chevaux, mais moins gourmand également avec une consommation estimée de 10,2 litres aux 100 kilomètres en moyenne.

Autre détail intéressant, le Ford Edge peut désormais compter sur une suspension améliorée, nettement plus résistante et mieux équilibrée. Le résultat est donc une randonnée qui n’exige pas de compromis sur le confort, mais qui peut également être dynamique et sportive. Équilibre est le mot d’ordre.

En termes de versions, le Ford Edge offre beaucoup de choix. Alors que la version Sport avec traction intégrale est au sommet de la pyramide, il est possible d’opter pour un Ford Edge SE, SEL ou Titanium, chacun ayant un choix de moteur (un moteur V6 3,5 litres est aussi au menu), ou de traction (intégral ou avant).

Vous aurez compris que chaque version compte des options plus sophistiquées les unes que les autres, certaines intégrant des considérations de sécurité comme un avertisseur de changement de voie, un système d’aide au freinage ou un régulateur de vitesse intelligent.

Ajoutons aussi que certains modèles proposent, outre la caméra de recul destinée à une meilleure maitrise en marche arrière, une caméra 180 degrés logée à l’avant, permettant de voir de chaque côté ce qui arrive devant le véhicule lorsqu’on sort d’un endroit plutôt serré.

Conduite et agrément

Je l’admets, j’aime bien la conduite du Ford Edge, notamment en raison de son format à la fois imposant et maniable, et de sa position de conduite surélevée. Mon épouse a quant à elle adoré le Ford Edge. Bien sûr, elle a apprécié la motorisation et la direction assez précise. Mais ce sont surtout ses propres priorités qui expliquent cet engouement : beaucoup d’espace de rangement à l’intérieur, des portes-gobelet bien situés, un espace cargo facilement accessible et une visibilité particulièrement réussie (on a quand même réduit de moitié la taille des appuie-têtes arrière afin de réduire les angles morts).

Le Edge n’est pas le modèle que l’on remarque en premier sur la route, mais il offre certainement suffisamment de plaisir de conduite et de commodités pour remplir les exigences des plus capricieux. Comme chérie par exemple… mais ne lui dites pas que j’ai écrit cela!

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.