NOUVELLES
21/10/2015 10:50 EDT | Actualisé 22/10/2015 09:58 EDT

Mégadonnées et «saucisses Hygrade»: la recette victorieuse de la candidate libérale Mélanie Joly (VIDÉO)

Plusieurs ingrédients ont permis à la libérale Mélanie Joly de remporter les élections lundi dans Ahuntsic-Cartierville avec une victoire écrasante. En premier lieu, une utilisation poussée et précise des mégadonnées, mais aussi une équipe de plus de 200 bénévoles, qu'elle a qualifié avec humour -et maladresse- de «saucisses Hygrade» lors d'une entrevue antérieure avec le Huffington Post Québec...

Tout sourire, café décaféiné entre les mains, Mélanie Joly savoure sa victoire. L'ex-candidate à la mairie de Montréal est parvenue à détrôner la députée sortante Maria Mourani, qui siégeait au Parlement depuis 2006. Et son avance est confortable: l'avocate de formation l'a emporté avec 46% des voix, soit avec plus de 9200 votes que sa rivale.

«Les gens voulaient du changement, et notre parti a su l'incarner grâce à un plan progressiste et à un message positif», analyse la nouvelle députée, reconnaissant qu'elle a tiré avantage de la puissante vague libérale qui a presque emporté l'ensemble des comtés montréalais. Alors que tous les commentateurs politiques commencent à spéculer sur la composition du futur conseil des ministres, le nom de Mélanie Joly est sur plusieurs lèvres. Qu'en pense la principale intéressée? «C'est la prérogative de M.

Trudeau, et il a l'embarras du choix. Avant tout, je veux être députée», se contente de répondre celle qui est relativement proche du chef libéral, et encore plus de son frère, Alexandre «Sacha» Trudeau.

Les mégadonnées

Mais ce qui a surtout permis à la femme de 36 ans de s'imposer, c'est le travail acharné de son équipe sur le terrain, soutient-elle. Contrairement à sa première campagne électorale municipale, Mélanie Joly estime avoir su s'entourer d'une organisation politique «suffisamment forte» pour avoir de réelles chances de gagner.

L'utilisation de logiciels de fine pointe et des mégadonnées (de l'anglais big data), qui permettent d'identifier rapidement les électeurs libéraux potentiels, a selon elle énormément pesé dans la balance. «J'avais une équipe très techno, qui a su utiliser à son maximum des bases de données intelligentes pour faire des campagnes de communication très ciblées. Nous avons réussi, vers la fin de la campagne, à joindre chaque semaine plus de 20 000 personnes [qui correspondaient au profil d'électeur potentiellement libéral]», explique-t-elle.

Les bénévoles et «l'affaire Hygrade»

En incluant sa démarche pour remporter l'investiture du Parti libéral du Canada , Mélanie Joly aura passé plus de 238 jours en campagne. De nombreux mois, durant lesquels elle a effectué plus de 7000 appels elle-même. C'est durant cette période qu'elle a aussi rassemblé des dizaines de bénévoles dévoués. Plusieurs aimaient l'accompagner dans les évènements publics. Le 16 septembre, alors que se tenait un débat électoral au Collège Ahuntsic, sa rivale Maria Mourani l'a accusé de toujours traîner son «fan club libéral» afin d'être applaudi bruyamment. C'est alors qu'elle a répliqué que les bénévoles étaient nombreux, les comparant maladroitement et à la blague à des saucisses Hygrade, soit une des marques de saucisses commerciales à hot-dog.

Elle donne ici une explication, à vous de juger si elle est satisfaisante...

Galerie photo Soirée électorale Voyez les images