Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Russes et Américains s'entendent pour réduire les risques en Syrie

WASHINGTON — La Russie et les États-Unis ont conclu un accord afin de réduire les risques de collisions et d'empêcher des incidents dans le ciel syrien.

Un porte-parole du Pentagone, Peter Cook, a indiqué que le gouvernement russe avait insisté pour que le texte de l'accord ne soit pas divulgué. Il a toutefois dit que cette entente définissait des protocoles de sécurité permettant de partager des fréquences de communication, d'établir une liaison téléphonique sur le terrain et de créer un groupe de travail dont la tâche sera de discuter de différents sujets de discorde.

Les deux pays ne partageront pas des renseignements sur les cibles ou n'établiront pas des zones de coopération militaire.

La Russie a commencé à intervenir en Syrie en bombardant des positions de rebelles au gouvernement de Damas au début du mois. Les États-Unis dirigent une coalition qui mène des opérations de bombardement contre l'État islamique en Syrie.

Le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov a déclaré, par communiqué, que la signature de l'accord aurait «d'importantes répercussions pratiques».

M. Antonov a ajouté que les responsables militaires russes et américains établiront des canaux de communication 24 heures sur 24 et «mettront en place des mécanismes d'interaction comprenant de l'assistance mutuelle en cas de crise».

«Les Américains ont aussi promis de transmettre cette entente à tous les membres de la coalition contre l'État islamique», a dit le vice-ministre.

L'accord ne «modifiera pas la position de principe de la Russie» quant au conflit syrien, a assuré M. Antonov.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.