NOUVELLES
20/10/2015 01:47 EDT | Actualisé 20/10/2015 01:47 EDT

Rencontre exclusive avec Phil Hellmuth, le joueur de poker le plus titré au monde

Site web personnel

Pour le grand public, Phil Hellmuth est un inconnu. Pour les amateurs de poker, c’est une légende vivante, comme peut l’être Lionel Messi pour les aficionados du ballon rond. Depuis sa première victoire aux Séries mondiales de Poker (WSOP) en 1989 à seulement 24 ans, celui que l’on surnomme The Poker Brat (« le sale garnement du poker ») a accumulé pas moins de 14 bracelets de champion, ce qui en fait le joueur le plus titré au monde. Le Huffington Post Québec s’est entretenu avec le champion juste après sa sortie des championnats du monde 2015, dont la finale du tournoi principal aura lieu au mois de novembre prochain.

Vous avez remporté lors des derniers championnats du monde de poker (WSOP) votre 14e bracelet (variante Razz), ce qui fait de vous le joueur le plus titré au monde. Est-ce que vous avez fini par vous habituer au succès?

Non, pas vraiment, d’autant qu’en ce qui concerne ce 14e titre, je ne m’y attendais pas du tout. Quand je suis arrivé à la table finale (NDLR: les 9 derniers participants d’un tournoi), c’était surréaliste, c’est arrivé si vite. Les gens me voient toujours comme quelqu’un d’arrogant, mais ils confondent souvent l’image que je veux donner en tant que joueur et qui je suis vraiment.

Mais vous entretenez cette image d’enfant terrible du poker, non?

Oui, Phil Hellmuth le joueur est comme ça, et c’est un peu normal d’être arrogant quand on a 14 bracelets après tout. Mais demandez à ma femme, et aux gens que je côtoie dans la vie de tous les jours, je ne suis pas du tout comme ça. Il faut différencier les tournois et… la maison.

Dans la course aux bracelets, vous êtes loin devant les autres champions. Les suivants n’en ont que 10. Est-ce que c’est encore une course pour vous?

Oui! En fait, j’ai même un objectif : je veux en gagner 24! Et à y réfléchir, pourquoi pas même… 30.

Vous avez traversé un long passage à vide (2013-2014) pendant lequel vous n’avez gagné aucun bracelet. Qu’est-ce qui s’est passé?

J'étais vraiment devenu arrogant. Je fréquentais des célébrités comme Michael Jordan ou Barack Obama et je ne jouais clairement plus mon meilleur poker. Je passais mon temps à faire des photos et à signer des autographes. Il a fallu que je me ressaisisse sérieusement et que je lutte contre mon égo.

Les joueurs de poker professionnels sont considérés comme de véritables athlètes, ils peuvent d’ailleurs jouer 12 heures par jour pendant cinq jours consécutifs. Est-ce que vous vous préparez comme un sportif avec un conditionnement physique intense?

Je sais que certains joueurs le font, mais ça ne fonctionne pas pour moi. En 2013 justement, je me suis entrainé physiquement tous les jours et je n’ai jamais aussi mal joué de ma vie! J’étais trop fatigué. Ma seule préparation, c’est de jouer au poker. Je joue avec mes fils Phillip et Nicholas toutes les variantes possibles du poker, l’Omaha, le Razz, le H.O.R.S.E., le Stud… Et je fais attention à ce que je mange avant une compétition.

Sur votre compte Twitter, vous utilisez souvent le hashtag #POSITIVITY. Être positif ça aide pour gagner? Ça a à voir avec le karma?

Un peu des deux. Le poker c’est aussi un état d’esprit, une attitude. C’est un jeu de cartes où le hasard entre évidemment en ligne de compte, mais pas uniquement. Je crois beaucoup à la « positivité ».

C’est quoi le futur du poker?

Il existe une variante, l’Open Face Chinese Poker, qui est de plus en plus populaire et à laquelle je suis devenu acro. J’y joue 4 à 5 heures par jour sur mon téléphone! C’est une autre forme de poker qui requiert énormément de stratégie. Ça peut s’apparenter aux échecs. Je pense que l’Open Face Chinese Poker fait partie du futur du poker.

Propos recueillis par téléphone par David Nathan

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Sara Chafak, miss Finlande 2012, fan de poker, de cuisine et des selfies! Voyez les images