Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La victoire des libéraux de Justin Trudeau fait naître des attentes

L'élection d'un gouvernement du Parti libéral du Canada (PLC) satisfait l'ensemble des intervenants socio-économiques du pays à l'exception des pétrolières qui s'inquiètent des politiques environnementales à venir.

La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) tout en félicitant le chef du PLC, Justin Trudeau, a profité de l'occasion pour rappeler au futur gouvernement son engagement envers les petites et moyennes entreprises (PME).

La FCEI invite, par voie de communiqué, le futur gouvernement à « tenir la promesse de réduire le taux d'imposition des petites entreprises, alléger le fardeau des taxes sur la masse salariale, améliorer l'accès à la main-d'œuvre et mieux arrimer la formation aux besoins des PME ».

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) a également salué l'élection de M. Trudeau. « Les employeurs du Québec invitent le nouveau gouvernement à tout mettre en œuvre pour favoriser une plus grande prospérité, partout au Canada, et encouragent tous les élus à investir leurs efforts pour faire du développement économique une priorité fondamentale, dans la perspective de placer le Canada en position de créer durablement de la richesse pour financer les dépenses de l'État sans accroître le fardeau fiscal », a déclaré le président-directeur général du CPQ, Yves-Thomas Dorval.

La défaite conservatrice

Les milieux syndicaux se réjouissent quant à eux de la défaite du gouvernement conservateur sans se réjouir de la victoire du PLC. « Nous devons nous assurer que Justin Trudeau respecte ses promesses d'abroger les lois antisyndicales (C-525 et C-377), d'annuler les changements visant les fonds de travailleurs et ceux apportés à l'assurance-emploi en 2012, et de rétablir le financement de Radio-Canada pour assurer sa pérennité », a déclaré le président de la CSN, Jacques Létourneau.

Le président de la CSN a rappelé que le PLC se retrouvait dans l'embarras à la suite des « allégations de lobbying illégal de leur ancien coprésident de campagne », Daniel Gagnier, auprès de TransCanada ». La centrale syndicale a également expliqué sa méfiance en rappelant que le PLC était à l'origine du scandale des commandites.

« Les Canadiens et Canadiennes ont fait leur choix : ils ont rejeté les conservateurs de Stephen Harper et voté en faveur du changement », a déclaré l'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) par voie de communiqué. « L'AFPC exhorte le nouveau gouvernement à rétablir les services publics et ses relations avec les fonctionnaires fédéraux », a déclaré l'AFPC.

« Les résultats de l'élection de ce soir offrent aux Canadiens l'occasion de reconstruire leur pays, a déclaré le président national d'Unifor, Jerry Dias. « Les Canadiens ont signifié clairement aux Conservateurs de Harper que leur programme ne servait pas leurs intérêts et ne satisfaisait pas leurs besoins », poursuit le communiqué du syndicat.

De leur côté, les milieux environnementaux se sont empressés de lui rappeler que des sommets environnementaux approchaient à grands pas, notamment le grand sommet de Paris.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.