Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Après James Bond, Monica Bellucci en mère tourmentée dans "Ville Marie"

L'actrice italienne Monica Bellucci, qui sera l'une des héroïnes du "Spectre", le prochain James Bond, est une mère confrontée à son fils adolescent dans "Ville Marie" du Canadien Guy Edoin, en présentation mardi au festival cinématographique de Rome.

Ce film choral, dans lequel la Canadienne Pascale Bussières joue le rôle d'une infirmière qui elle aussi a des soucis avec son fils, fait se mêler plusieurs histoires, de fragilité et de douleur, avec une note optimiste finale.

"Ville-Marie, c'est le premier nom que les Français ont donné à Montréal, où se passe le film, c'est aussi une +ville-mère+ qui chapeaute tous les personnages", a souligné le réalisateur Guy Edoin au cours d'une conférence de presse.

"J'ai été très émue à la lecture du scénario", a confié quant à elle l'actrice de 51 ans, mère de deux filles de 11 et cinq ans, dont le père est le comédien français Vincent Cassel.

Ce qui l'a aidé, a-t-elle confié, "c'est d'avoir des amies qui ont des garçons de cet âge : elles m'ont dit qu'il n'y avait rien de plus douloureux qu'un fils qui te dit des choses méchantes".

L'ex-mannequin, né en Ombrie (centre), a confié avoir "encore deux ou trois ans de marge avant que (sa) fille ne devienne adolescente, même si elle est déjà plus grande que moi".

"J'ai beaucoup d'amis qui sont fils ou filles d'acteurs ou d'actrices, tous ont beaucoup souffert et j'espère ne pas refaire les mêmes erreurs", a-t-elle affirmé.

"J'espère que mes filles me voient comme une mère et non une actrice, qu'elles feront leurs vies, qu'elles n'auront pas besoin de voir mes films, qu'elles auront mieux à faire", a-t-elle ajouté.

Interrogée sur la différence entre ce film à petit budget et le dernier James Bond, Monica Bellucci estime que "dans des petites ou des grosses productions, face à la caméra, mon travail est le même".

Elle a ajouté mesurer "sa chance de travailler avec des réalisateurs de grand talent, comme Sam Mendes (pour "Spectre"), Emir Kusturica (avec lequel elle tourne actuellement "On the milky road", ndlr) et Guy Edoin".

"La beauté est un don qu'on reçoit, il n'y a pas à en être fier", a-t-elle encore confié. "A présent, je peux jouer des rôles que je n'aurais peut-être pas joué il y a quinze ans", a-t-elle ajouté, disant espérer "mettre dans ses rôles comme dans sa vie cette autre façon d'être belle".

"J'adorerais tourner une comédie, mais j'en cherche une bien écrite, peut-être l'année prochaine ?", a-t-elle lancé.

la-lrb/jlv/bds

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.