POLITIQUE
19/10/2015 11:39 EDT | Actualisé 19/10/2016 05:12 EDT

Le chef bloquiste Gilles Duceppe refuse de verser dans l'excès de confiance (VIDÉO)

Au terme d'un marathon électoral de 78 jours, le chef bloquiste Gilles Duceppe est satisfait de l'accueil qu'il a reçu des électeurs, mais il refuse de verser dans l'excès de confiance.

Accompagné de son épouse Yolande, M. Duceppe est allé exercer son droit de vote, lundi matin, à Habitat 67, à la Cité du Havre, où il a rappelé qu'il ne tenait «rien pour acquis».

Sorti de sa retraite en juin dernier, le chef du Bloc québécois, âgé de 68 ans, s'est toujours refusé à dévoiler l'objectif qu'il s'est fixé en ce qui a trait au nombre de candidats élus.

On sait toutefois que le leader souverainiste espère au moins envoyer au moins 12 députés aux Communes, ce qui permettrait à son parti de renouer avec la reconnaissance officielle.

Après un départ plutôt lent, le Bloc québécois, qui ne comptait que deux députés à la dissolution du Parlement, a semblé reprendre du poil de la bête grâce à la performance de son chef aux débats francophones ainsi que l'arrivée de l'enjeu du niqab dans la campagne électorale.

En parcourant les quatre coins du Québec dans ce qui a été la plus longue campagne de l'histoire du pays, M. Duceppe a constamment rappelé à ses militants avoir amorcé la campagne avec un «vent de face», qui s'est transformé en «vent de dos».

Même si cela n'est garant de rien, le chef bloquiste s'est montré serein, en mêlée de presse, après avoir voté, disant se «sentir bien».

«J'ai pris la décision d'y aller et j'ai senti, dès le départ, qu'il y avait un accueil (plus chaleureux), a-t-il dit. Il y a toujours une phrase qui revient en campagne. Là, c'était 'merci d'être revenu', du début à la fin. Tant mieux.»

Par ailleurs, la relance du Bloc québécois n'a pas été le seul combat de M. Duceppe, qui tente également de reconquérir la circonscription montréalaise de Laurier-Sainte-Marie, où il avait été emporté par la vague orange en 2011.

Le parti, qui caresse l'objectif d'obtenir la balance du pouvoir dans un gouvernement minoritaire, espère tirer profit des luttes à trois et quatre qui se profilent dans plusieurs circonscription pour se faufiler.

En coulisses, l'optimisme est présent au sein du Bloc québécois, où l'on chuchote que des appuis oscillant autour de 30 pour cent chez les francophones pourraient se traduire par jusqu'à 20 députés aux Communes.

LIRE AUSSI:

» 10 circonscriptions à surveiller

» Ces endroits où les sondages ne peuvent se permettre de se tromper

» QUIZ: Reconnaîtrez-vous les promesses des partis?

» QUIZ: Connaissez-vous bien les élections canadiennes?

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les circonscriptions à surveiller le 19 octobre Voyez les images