NOUVELLES
18/10/2015 07:47 EDT | Actualisé 18/10/2016 01:12 EDT

Gilles Duceppe n'est pas revenu en politique pour sauver sa carrière

TROIS-RIVIÈRES, Qc — Le chef bloquiste, Gilles Duceppe, assure que son retour dans l'arène politique n'est pas un «combat» pour sauver sa carrière mais une lutte visant à faire du Québec un pays.

Revenu en juin à la tête de la formation souverainiste, qui, d'après plusieurs, était en voie de disparition, M. Duceppe a estimé dimanche avoir réussi à rappeler aux électeurs la pertinence du Bloc.

«Je mène un combat pour que le Québec ait des gens pour défendre nos droits et valeurs à Ottawa», a-t-il dit, en point de presse à Trois-Rivières, en dressant le bilan du marathon électoral de 78 jours.

Même s'il a quitté la vie politique pendant quelques années après la débâcle bloquiste en 2011, le vieux routier de la politique assure qu'il ne s'est pas senti comme une recrue.

Amateur de sport, M. Duceppe a expliqué s'être plutôt senti comme un vétéran qui sort de sa retraite après avoir accroché ses patins parce qu'il se sent encore capable d'offrir une performance étincelante.

«Je me suis plutôt senti comme Jacques Plante, qui avait pris sa retraite pour revenir dans les buts avec les Blues de St. Louis lors de la saison 68-69 (pour gagner le trophée Vézina, remis au meilleur gardien)», a-t-il imagé.

À la dissolution du Parlement, en août dernier, le Bloc québécois ne comptait que deux députés au Communes. En dépit de cette faible représentation, M. Duceppe n'a pas voulu dire si cette campagne électorale avait été plus difficile que les autres.

S'il est loin d'être acquis que le chef bloquiste sera en mesure de reconquérir la circonscription montréalaise de Laurier-Sainte-Marie, où il a été défait par la néo-démocrate Hélène Laverdière, celui-ci demeure serein à la veille du vote.

«Il faut toujours respecter la démocratie mais j'ai confiance que l'on va gagner», a affirmé M. Duceppe, qui espère obtenir la balance du pouvoir advenant l'élection d'un gouvernement minoritaire.

Après un arrêt à Trois-Rivières, la caravane bloquiste doit faire escale à Sherbrooke, Saint-Jean-sur-Richelieu et Montréal, où se terminera son sprint entamé vendredi.

 

Biden ou Trump?
Suivez les dernières nouvelles, les analyses et les sondages dans cette course qui ne cesse de surprendre!