NOUVELLES
17/10/2015 04:39 EDT | Actualisé 17/10/2016 01:12 EDT

Libération de neuf enseignants iraniens arrêtés aux Emirats

Neuf enseignants iraniens arrêtés le 9 octobre aux Emirats arabes unis pour un problème de permis de travail ont été libérés, a annoncé le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hassan Ghashghavi, cité par l'agence officielle Irna.

Un responsable émirati avait justifié ces arrestations en affirmant que le permis de travail de ces enseignants était valable dans l'émirat de Dubaï mais pas dans celui d'Abou Dhabi où ils exercaient.

Téhéran, qui avait convoqué le chargé d'affaires des Emirats à ce sujet, avait au contraire affirmé que les enseignants iraniens travaillaient régulièrement à Abou Dhabi depuis des années.

Treize enseignantes avaient également été interpellées et libérées sous caution.

L'Iran, dont la population est majoritairement chiite, possède une dizaines d'écoles aux Emirats arabes unis, une monarchie sunnite où vit une importante communauté iranienne.

La République islamique a envoyé cette année 450 enseignants dans différents pays à travers le monde pour travailler dans des écoles iraniennes.

L'Iran et les Emirats arabes unis ont des échanges commerciaux très importants mais les relations politiques entre la République islamique et certaines monarchies du Golfe, comme les Emirats, se sont détériorées, notamment en raison de conflits en cours au Moyen-Orient. Ainsi au Yémen, les Emirats participent à la coalition militaire emmenée par l'Arabie saoudite qui combat les rebelles chiites Houthis, soutenus par l'Iran.

sgh/stb/bpe