NOUVELLES
17/10/2015 18:54 EDT | Actualisé 17/10/2016 01:12 EDT

La presse canadienne lâche le Premier ministre Harper

La majorité des grands journaux canadiens, tout en étant divisés entre conservateurs et libéraux, sont pratiquement tous d'accord sur une chose, mettre fin au mandat du Premier ministre conservateur sortant Stephen Harper.

Dans une tribune samedi dans le quotidien conservateur National Post, c'est l'ex patron de presse Conrad Black qui a tiré samedi un trait sur Harper et son gouvernement devenus "sclérosés, rigides, fermés aux médias, autoritaires et hargneux".

"Inutilement, Stephen Harper est maintenant en passe de suivre la même voie que des grands hommes d'Etat qui n'ont pas su partir au bon moment", a écrit ce conservateur citant au passage Winston Churchill, Charles de Gaulle ou Margaret Thatcher.

"Les conservateurs méritent un autre mandat, Stephen Harper non", c'est sous ce titre que David Walmsley, rédacteur en chef du Globe and Mail a signé son éditorial.

La tradition veut que le chef d'un parti en cas de victoire aux législatives forme le gouvernement. Or si au précédent scrutin de 2011 ce grand quotidien national avait appelé à reconduire le Premier ministre conservateur Harper en poste depuis 2006, cette fois le journal souhaite qu'après une éventuelle victoire de son parti, Stephen Harper cède sa place à un autre député conservateur.

"Le spectacle d'un Premier ministre prêt à dire n'importe quoi ou à diaboliser quiconque pour se faire réélire a humilié la politique", a écrit le Globe.

Autre grand quotidien, Le Toronto Star, en égratignant au passage le Globe pour son manque d'engagement tranché, a clairement endossé Justin Trudeau et le parti libéral pour conduire les affaires au cours de la prochaine législature.

Pour le Star, "Stephen Harper a simplement proposé aux électeurs à peu près la même chose, des politiques sociales régressives (...) ou une économie en stagnation qui abandonne trop de personnes derrière", a écrit le journal de la plus grande ville canadienne.

Le groupe Postmedia (National Post, Vancouver Sun, Otawa Citizen, The Gazette), traditionnellement attaché aux conservateurs ne déroge pas à cette ligne éditoriale mais avec la nuance de dissocier Stephen Harper du vote conservateur.

Dans un éditorial, The Gazette reconnaît qu'il y a "plusieurs côtés troublants" au crédit du gouvernement Harper mais, comme il l'a fait lors des trois précédents scrutins, le journal "reste persuadé que (les conservateurs) restent le choix le plus prudent".

Le Vancouver Sun s'était rangé jeudi derrière "un gouvernement conservateur le mieux à même de maintenir une économie saine et stable, ou de mettre le Canada à l'abri des menaces tant à l'intérieur qu'à l'étranger". Très fair-play, le journal de la côte pacifique a reconnu vendredi avoir été assailli de réactions négatives de ses lecteurs et en a publié de larges extraits.

Au Québec, le journal La Presse a depuis le début du mois fait son choix en appuyant Justin Trudeau pour ce quotidien fédéraliste et de longue tradition libérale.

mbr/jr