NOUVELLES
17/10/2015 13:15 EDT | Actualisé 17/10/2016 01:12 EDT

La lutte s'annonce chaude dans le comté baromètre de Kitchener Centre en Ontario

KITCHENER, Ont. — À en croire les rumeurs au sein des partis libéral et conservateur, le député sortant de Kitchener Centre, en Ontario, Stephen Woodworth, est le candidat à surveiller.

Le candidat conservateur dans l'une des régions les plus âprement disputées de l'Ontario durant ces élections, a arraché la circonscription aux libéraux de justesse, en 2008. Kitchener Centre est une zone urbaine avec une population de plus en plus diversifiée et une économie locale basée sur le savoir. La population souhaite un meilleur système de transport public.

Depuis des décennies, cette région de l'est de l'Ontario, près de Waterloo, est un baromètre électoral plutôt fiable. Elle vote du même côté que le reste de la province, et le chef du parti qui réussit à charmer l'Ontario est généralement en route vers le 24, Sussex.

M. Woodworth ne croit pas que son siège soit précaire. Les dons et les bénévoles sont en hausse, dit-il, et le porte-à-porte donne de bons résultats.

Auprès des électeurs, il met l'accent sur ce qu'il a fait pour la région, comme les cliniques de passeport et l'aide qu'il a accordée pour les dossiers d'immigration.

«Je pense que nous avons quelques avantages, mais ce sera une course serrée», a-t-il admis en entrevue.

Mardi soir, lors d'une soirée d'Oktoberfest pour le chef libéral, Justin Trudeau, le baromètre était définitivement rouge. L'auditorium était plein à capacité et des voitures devaient rebrousser chemin devant l'entrée de la salle. 

«Au début, je n'étais pas convaincue par M. Trudeau, mais j'en suis venue à vraiment apprécier ce qu'il disait, le fait qu'il était cohérent et qu'il a été capable de ne pas être négatif. Je n'en peux plus des campagnes négatives», a confié une électrice de Kitchener Centre, Esther Neufeldt.

Le candidat libéral qui affronte M. Woodworth est Raj Saini, un pharmacien de Kitchener. La chose qu'il a le plus entendue, dit-il, est que les électeurs veulent du changement, et il croit que les libéraux en sont venus à incarner ce changement au cours de cette longue campagne. 

«En août, il y avait beaucoup d'indécision (...), s'est-il souvenu. Puis après la fête du Travail, nous avons vu le point tournant, et depuis les trois ou quatre semaines, nous avons commencé à voir un énorme changement. Les gens se sont concentrés sur la campagne, et ils regardent les politiques de plus près et posent de très bonnes questions.»

Si Kitchener Centre devient territoire libéral, de grandes questions se poseront sur ce qui s'est passé en Ontario, pendant cette campagne.