NOUVELLES
17/10/2015 07:27 EDT | Actualisé 17/10/2016 01:12 EDT

L'Iran tente de régler le cas du correspondant du Washington Post (ministre)

Les accusations contre le journaliste irano-américain Jason Rezaian sont graves mais l'Iran tente de régler son cas "d'un point de vue humanitaire", a déclaré samedi le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif.

Arrêté en juillet 2014 à son domicile de Téhéran où il travaillait comme correspondant du quotidien américain Washington Post, Jason Rezaian, 39 ans, est accusé d'"espionnage" et de "collaboration avec des gouvernements hostiles".

Il a été condamné par le tribunal révolutionnaire de Téhéran, une cour spéciale qui juge les dossiers politiques ou touchant à la sécurité nationale, mais les autorités judiciaires n'ont pas révélé les détails du verdict. Son procès s'est déroulé depuis mai à huis clos et il encourt jusqu'à 20 ans de prison.

"Nous essayons de régler l'affaire d'un point de vue humanitaire", mais "les accusations sont graves", a déclaré M. Zarif à des journalistes, selon l'agence officielle Irna.

Mais un responsable iranien a rejeté l'idée d'un échange de M. Rezaian avec des prisonniers iraniens détenus aux Etats-Unis, selon l'agence de presse de l'autorité judiciaire d'Iran mizanonline.ir.

"Les Occidentaux évoquent l'idée d'un échange, mais nous estimons que les Iraniens détenus aux Etats-Unis, accusés d'avoir violé les sanctions injustes n'ont commis aucun délit", a dit Mohammad Javad Larijani, secrétaire du centre des droits de l'homme de l'autorité judiciaire.

"La justice a examiné sérieusement les délits de cet individu et ce que prévoit la loi sera appliquée", a-t-il ajouté.

Fin septembre, le président iranien Hassan Rohani a déclaré que son pays était prêt à un échange de prisonniers avec Washington, qui verrait la libération d'Iraniens détenus aux Etats-Unis contre celle d'Américains incarcérés en Iran dont le journaliste du Washington Post.

"Si les Américains prennent les mesures adéquates et les libèrent, alors l'environnement sera certainement propice à ce que nous fassions tout ce qui est en notre pouvoir pour la remise en liberté la plus rapide des Américains détenus en Iran", a-t-il dit dans un entretien à CNN International.

Le Washington Post a dénoncé lundi "l'injustice scandaleuse" faite à son journaliste Jason Rezaian.

Même si les Etats-Unis appellent sans cesse Téhéran à libérer le journaliste américain, la République islamique, qui ne reconnaît pas la double nationalité, affirme que le dossier est purement iranien et met en avant l'indépendance de son système judiciaire.

sgh/stb/tp