NOUVELLES
17/10/2015 07:17 EDT | Actualisé 17/10/2016 01:12 EDT

L'Allemagne nie avoir acheté sa Coupe du monde de 2006

L'Allemagne s'interroge samedi à propos des révélations du magazine Der Spiegel. A-t-elle acheté sa Coupe du monde de 2006 ? 

Dans son édition parue samedi, l'hebdomadaire affirme que le comité de candidature s'était constitué une caisse noire qui a servi à acheter des voix pour remporter l'organisation de la Coupe du monde de 2006, surnommée en Allemagne « le conte d'été » tant elle a transformé le pays bien au-delà du monde du soccer.

« Le Mondial-2006 a-t-il été acheté? »: ce titre barre la Une du quotidien le plus lu d'Allemagne, Bild, qui se demande: « avons-nous obtenu notre "conte d'été" par la corruption? »

« Le conte d'été a été en fait acheté? », s'interroge de son côté le quotidien berlinois Tagesspiegel, avec une photo de l'époque montrant des jeunes supporteurs allemands en liesse, le visage peint aux couleurs du drapeau allemand.

La Fédération allemande de soccer (DFB) a nié ces révélations tout en reconnaissant un versement de 6,7 millions d'euros (9,8 M $ CA) à la FIFA sans lien avec cette compétition.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier a invité la fédération allemande à mener à bien une enquête interne « aussi rapidement que possible ».

« C'est dans l'intérêt du sport, c'est dans l'intérêt du soccer (...), et c'est aussi notre intérêt commun », a-t-il plaidé.

Si ces révélations sont avérées, « ce sera grave pour le soccer allemand », résume le quotidien Süddeutsche Zeitung dans un éditorial cinglant.

« Car alors ce "conte d'été" qui jusqu'à aujourd'hui réveille dans le monde le souvenir de la naissance d'une Allemagne ouverte sur le monde et accueillante, aura à l'avenir la même réputation qu'une voiture diesel Volkswagen », écrit le quotidien en référence au scandale des moteurs diesel truqués du constructeur automobile, qui écorne sérieusement l'image de l'industrie allemande.

Le journal Süddeutsche Zeitung note également qu'il faudra revoir le cas échéant « l'image emblématique nationale » de Franz Beckenbauer, qui jouit d'une aura dans toute l'Allemagne.

Réaction du soccer allemand

Le président de la Fédération allemande de soccer (DFB) Wolfgang Niersbach a rejeté vigoureusement les allégations de corruption, tout comme l'ancien bras droit de Franz Beckenbauer au Comité d'organisation.

« C'est quelque chose que j'exclus catégoriquement. Je peux assurer que, en lien avec la candidature et l'attribution du Coupe du monde 2006, il n'y a eu aucune caisse noire ni à la DFB ni au Comité de candidature ni ensuite au Comité d'organisation », a indiqué M. Niersbach sur le site de la Fédération.

Le patron du football allemand rejette toute idée d'achat de voix pour le vote désignant le pays élu: "Je peux l'assurer à tous les fans de football".

Le magazine Der Spiegel n'apporte « aucune preuve » et se repose « sur une prétendue source anonyme colportant une déclaration de Günter Netzer » que l'ancien international « a lui-même démentie dans le même article ».

« La Coupe du monde n'a pas été achetée », insiste Wolfgang Niersbach, qui était à l'époque responsable des médias au Comité d'organisation de la Coupe du monde de 2006 et secrétaire général de la DFB.

« Le Comité d'organisation n'a jamais soudoyé quelqu'un. Je suis prêt à le jurer. On n'a jamais acheté des voix », a assuré pour sa part Fedor Radmann, no 2 de l'organisation de la Coupe du monde de 2006 et proche de longue date de Franz Beckenbauer.

L'Allemagne avait remporté l'élection 12 voix à 11 face à l'Afrique du Sud, après l'abstention surprenante du Néo-Zélandais Charles Dempsey au dernier tour de scrutin.