NOUVELLES
17/10/2015 04:41 EDT | Actualisé 17/10/2016 01:12 EDT

Angola: hospitalisation d'un rappeur en grève de la faim

Le rappeur et opposant angolais Luaty Beirao, en grève de la faim depuis le 21 septembre pour protester contre sa détention préventive, a été hospitalisé à Luanda après avoir perdu conscience, a-t-on appris samedi auprès de son épouse.

"Il a été transféré dans une clinique privée de Luanda jeudi", a déclaré à l'AFP Monica Almeida. "Il a perdu conscience pendant cinq minutes mercredi et le médecin était inquiet".

Luaty Beirao, qui est entré samedi dans son 27e jour de grève de la faim, "est très faible. Il ne peut pas rester debout", a-t-elle précisé.

Son transfert dans une clinique privée a été effectué "par mesure de précaution", selon le chef du service de santé du centre pénitentiaire Manuel Freire, interrogé par l'agence de presse portugaise Lusa. Son état de santé "reste stable", a-t-il ajouté.

Luaty Beirao, âgé de 33 ans, a été arrêté le 20 juin avec 14 autres militants issus d'un mouvement de jeunesse qui demande le départ du président angolais Jose Eduardo dos Santos, au pouvoir depuis 1979, et réclame de meilleures conditions de vie.

Ils sont accusés par le ministère public de rébellion et de tentative de renversement du président.

Luaty Beirao, ingénieur de formation, a entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention préventive qui a dépassé la durée maximale autorisée par la loi, soit 90 jours.

"Il n'a commis aucun crime. Il est un prisonnier de conscience", a déclaré à l'AFP le directeur d'Amnesty International pour l'Afrique australe, Deprose Muchena. "Il y a déjà de forts éléments laissant penser que le procès ne sera pas juste. Ils ont été inculpés le 16 septembre seulement, alors qu'ils sont emprisonnés depuis le 20 juin", a-t-il ajouté.

Un deuxième prisonnier, Nelson Dibango, arrêté en même temps que Luaty Beirao, a aussi entamé une grève de la faim le 9 octobre, selon Amnesty International.

L'Angola est le deuxième producteur de pétrole d'Afrique. Le pays subit de plein fouet la crise pétrolière, et les conditions de vie de la population ne cessent de se dégrader depuis plusieurs mois.

str-bed/jhd