BIEN-ÊTRE
14/10/2015 02:49 EDT | Actualisé 14/10/2015 02:49 EDT

Critiquée pour son poids, le mannequin Charli Howard adresse une lettre à l'industrie de la mode

Après avoir été pointé du doigt pour son corps, ce mannequin a écrit une lettre à ses détracteurs.

Charli Howard affirme qu'elle a été renvoyée de son agence parce qu'elle était « trop grosse » et « pas assez en forme » pour travailler dans l'industrie.

Le mannequin anglais, en vedette dans des campagnes pour Rankin, Rodial et Ciaté, en plus d'apparaître dans des magazines comme Harper's Bazaar et Glamour, s'est tournée vers Facebook pour partager son expérience.

« Je ne vous permettrai plus de me dicter ce qui est bien ou pas à propos de mon look et ce que je dois changer pour être "belle" (comme perdre un pouce de hanches), dans l'espoir de me trouver plus de travail », a-t-elle écrit.

« Je refuse de me sentir honteuse ou bouleversée tous les jours pour atteindre vos standards ridicules et inatteignables. »

Howard, qui a choisi de ne pas nommer son ancienne agence de mannequins a aussi noté un point important en soulignant que plus les mannequins sont forcés à maigrir, plus les gens doivent porter des tailles de plus en plus petites.

« Au cas où vous ne l'auriez pas réalisé, je suis une femme, je suis une humaine. Je ne peux pas miraculeusement scier mon os de cuisses simplement pour entrer dans un morceau de vêtement ou pour atteindre les standards de mon agence », poursuit-elle.

« J'ai combattu la nature pendant longtemps, parce que vous avez considéré mon corps trop "rond", mais j'ai récemment commencé à aimer mon corps. Je n'ai pas de gros seins, mais mon derrière est bien. »

Howard conclut en assurant qu'elle adore le mannequinat et continuera à le faire, mais seulement selon ses conditions.

« Ma santé mentale et physique est plus importante qu'un nombre sur la balance, peu importe à quel point vous aimeriez que je mette l'accent là-dessus. »

« Jusqu'à ce qu'une agence (si une agence) souhaite me représenter pour moi-même, mon corps et la femme que je suis devenue, appelez-moi. En attendant, je serai chez Nandos. »

En entrevue au Huffington Post Style Royaume-Uni, Howard a révélé qu'elle aimerait que son histoire aide à changer la façon dont les mannequins sont traités par les agences.

« Je suis mannequin depuis que j'ai 17 ans et j'ai toujours eu peu de confiance en moi, alors lorsque tu te sens peu confiante, tu deviens habituée à ce que les gens ne fassent que pointer ce qui n'est pas correct avec toi », a-t-elle confié.

« Je crois qu'un changement intéressant est en train de se produire dans l'industrie, Cara Delevingne et Ashley Graham ont mis en lumière le traitement qui était réservé aux mannequins. »

Howard estime aussi que les réseaux sociaux comme Instagram aident à changer les perspectives.

« De plus en plus de mannequins prouvent qu'elles peuvent être bien plus qu'un visage. »

Cet article initialement publié sur le Huffington Post Royaume-Uni a été traduit de l’anglais.

» Abonnez-vous à l'infolettre quotidienne du HuffPost Québec Style

Galerie photo Ces actrices et mannequins à la beauté non-conventionnelle Voyez les images