NOUVELLES
13/10/2015 15:39 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

USA: un ex-ministre du Honduras soupçonné de blanchir l'argent de la drogue

Un ancien ministre et président d'un club de football du Honduras, soupçonné de blanchir de l'argent de narcotrafiquants, a accepté mardi d'être transféré de sa prison de Miami à New York pour répondre à la justice américaine.

Menotté aux pieds et aux mains, Yankel Rosenthal a accepté devant un tribunal de Miami, dans le sud-est des Etats-Unis, d'être transféré à New York, ville où il est accusé par la justice de blanchir de l'argent de narcotrafiquants.

Il restera en détention provisoire à Miami dans l'attente de ce transfert, dont le juge n'a pas précisé la date mardi.

Président du Club Deportivo Marathon, l'un des principaux de la première division du Honduras, Yankel Rosenthal a été ministre des Investissements de l'actuel président du pays, Juan Orlando Hernandez, pendant près d'un an jusqu'à sa démission à la mi-2015.

Il a été interpellé à son arrivée à l'aéroport de Miami il y a une semaine, accusé par la justice américaine de blanchir de l'argent de narcotrafiquants à travers des comptes bancaires aux Etats-Unis entre 2004 et 2015.

Son oncle Jaime Rosenthal, ancien président du Honduras (1986-1990) et célèbre homme d'affaires, ainsi que le fils de ce dernier, lui-même ancien ministre (2006-2009), Yani Rosenthal, sont également inculpés des mêmes délits par la justice américaine mais se trouvent au Honduras.

Les trois hommes rejettent ces accusations et assurent que Yankel Rosenthal, qui risque aux Etats-Unis une peine maximum de 20 ans de prison, prouvera son innocence.

Le Trésor américain a d'ores et déjà annoncé de son côté, le 7 octobre, des sanctions contre les trois hommes d'affaires et sept de leurs entreprises en raison de leur "soutien aux activités de trafic international de narcotiques, de nombreux narcotrafiquants en Amérique centrale et de leurs organisations criminelles".

La nouvelle des poursuites lancées aux Etats-Unis a ébranlé le Honduras où la famille, très liée à la sphère politique, possède de nombreuses entreprises, surtout dans le secteur financier.

Le gouvernement du Honduras a ordonné la semaine dernière la fermeture de la banque Continental, qui appartient à la famille, tout en garantissant les dépôts de quelque 220.000 épargnants jusqu'à 9.000 dollars.

Cette banque est décrite par le Trésor américain comme faisant "partie intégrante des opérations de blanchiment d'argent des Rosenthal".

Le club de football Marathon a publiquement exprimé son soutien à la famille Rosenthal. L'équipe joue dans la ville de San Pedro Sula (nord) dans un stade qui porte le nom de Yankel Rosenthal.

du/elc/are