NOUVELLES
13/10/2015 09:31 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Un Harper minoritaire ne survivrait pas s'il n'en tient qu'à Trudeau

TORONTO — Un gouvernement conservateur minoritaire élu le 19 octobre ne survivrait pas, s'il n'en tient qu'à Justin Trudeau.

Le chef libéral s'est engagé, mardi matin, à ne pas s'abstenir et à voter contre Stephen Harper à la première occasion. Cette première occasion serait un discours du trône conservateur.

Pendant les gouvernements minoritaires de 2006 et 2008, les libéraux ont préféré s'abstenir à quelques occasions pour éviter la chute du gouvernement conservateur sans toutefois l'appuyer par un vote aux Communes. Ce scénario ne se répèterait pas, a assuré M. Trudeau en réponse à une question de journaliste, mardi matin, à Toronto.

En réponse à une autre question de journaliste, le chef libéral a reproché aux souverainistes québécois de souligner la division et d'attiser la peur de l'autre.

Le journaliste venait de lui citer un passage du livre à paraître de Jean-François Lisée. M. Lisée y aurait écrit qu'il faudrait retarder le droit de vote des immigrants au Québec.

Avant son point de presse, M. Trudeau avait livré un discours où il décrivait son programme comme étant le plus «progressiste».

Ainsi, après avoir tendu la main aux électeurs conservateurs lundi, il se tournait mardi vers sa gauche. Il a parlé à tous ces électeurs dont l'objectif premier est de se débarrasser du gouvernement de Stephen Harper. Il les a invités à regarder son programme plutôt que les sondages pour guider leur décision.

La Presse Canadienne