NOUVELLES
13/10/2015 09:11 EDT

Twitter supprime 336 emplois, 8 % de ses effectifs totaux, pour faire des économies

Twitter va supprimer près de 340 emplois, soit 8% de ses effectifs, une première mesure décidée par son fondateur Jack Dorsey, revenu aux commandes du réseau social qui peine à fidéliser ses utilisateurs et à devenir rentable.

"Nous procédons à une réorganisation de nos effectifs afin de mettre notre entreprise sur la voie d'une solide croissance", a expliqué M. Dorsey, 38 ans, dans une lettre adressée aux salariés et jointe à des documents boursiers annonçant les licenciements.

Les personnels des départements produits et ingénierie vont être les plus affectés, a précisé le réseau social, ce qui confirme que le gros problème de Twitter est le produit, avance l'analyste Shebly Seyrafi chez FBN Securities.

Le groupe californien, qui employait 4.100 personnes fin juin, n'a pas donné le détail des suppressions par région.

Celles-ci vont se traduire par des charges pouvant aller jusqu'à 20 millions de dollars, liées essentiellement aux indemnités de licenciement.

Les dépenses de restructuration devraient, elles, s'élever entre 5 et 15 millions de dollars et seront inscrites dans les comptes à partir du quatrième trimestre.

"Le monde a besoin d'un Twitter fort et c'est un autre pas pour y parvenir", a souligné Jack Dorsey, ajoutant qu'il allait mettre en place une feuille de route pour "changer comment nous travaillons et ce dont nous avons besoin pour effectuer ce travail".

M. Dorsey a dirigé Twitter de 2007 à 2008 et a assuré l'intérim durant l'été après le départ de l'ex-patron Dick Costolo.

Il est considéré par de nombreux observateurs comme le sauveur potentiel du réseau social, qui peut aider Twitter à retrouver le chemin de la croissance et à élargir son audience.

Mais il doit partager son temps entre le réseau social et la société de paiements en ligne Square, qu'il dirige et qui s'apprête à entrer en Bourse.

'Effacer l'ardoise'

"Ces suppressions d'emplois sont un signe positif et montrent que M. Dorsey est déterminé à opérer des changements, même si ceux-ci sont difficiles, afin de faire de nouveau de Twitter une grande entreprise", estime Lou Kerner, associé au fonds d'investissement Flight.VC.

"C'est une décision exceptionnelle pour effacer l'ardoise et réajuster l'entreprise", renchérit Shebly Seyrafi chez FBN Securities mais ces coupes envoient le message que "l'activité de Twitter est faible", nuance-t-il

A Wall Street, le titre gagnait 5,77% à 30,40 dollars vers 14H45 GMT.

Depuis sa création il y a neuf ans, Twitter n'a cessé de perdre de l'argent au grand dam de ses actionnaires. Au deuxième trimestre, il a encore accusé une perte nette de 137 millions de dollars et l'action est même tombée à un moment en Bourse sous son prix d'introduction de 26 dollars.

Le groupe a fait un petit geste mardi envers les marchés en se montrant légèrement optimiste sur sa performance au troisième trimestre.

Il affirme que son chiffre d'affaires trimestriel va soit atteindre le niveau de la partie haute de la fourchette de 545 à 560 millions de dollars connue jusqu'ici, soit le dépasser.

Le bénéfice opérationnel serait, lui, également égal à la branche haute de la fourchette des 110 à 115 millions de dollars prévue, voire supérieur.

Twitter doit publier ses résultats trimestriels le 27 octobre.

Mais reste le casse-tête de son audience face au succès d'autres messageries comme Snapchat ou WhatsApp (Facebook). Twitter revendiquait 316 millions d'abonnés fin juin et seulement 44% d'entre eux se connectent tous les jours. A titre de comparaison, 65% des 1,49 milliard d'utilisateurs de Facebook dans le monde y accèdent de manière quotidienne.

Son plan de la dernière chance comprend le lancement de nouvelles fonctionnalités, à l'instar de Moments, tournée vers l'actualité.

Lancée aux Etats-Unis la semaine dernière, Moments se présente sous la forme d’un nouvel onglet dans l'application mobile de l'utilisateur.

Il s’agit d’une compilation des meilleurs "moments" de la journée, des tweets les plus populaires, le fil des informations de sites spécialisés... dont le but est de permettre à l'utilisateur de ne rien rater des tendances de la journée.

Elle connaît des "débuts remarquables", a assuré mardi Jack Dorsey.