NOUVELLES
13/10/2015 19:07 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Syrie: les Etats-Unis et la Russie reprennent leurs discussions militaires (chef du Pentagone)

Les Etats-Unis et la Russie vont reprendre mercredi leurs discussions militaires sur le conflit syrien pour éviter tout incident aérien entre leurs aviations qui opèrent dans le ciel de ce pays en guerre, a indiqué mardi le patron du Pentagone Ashton Carter.

Dans le jargon de la Défense, on utilise le terme anglais de "deconfliction", qui peut se traduire en français par l'échange d'informations pour éviter un incident entre aéronefs de deux pays différents intervenant sur un même théâtre militaire.

Washington et Moscou ont déjà eu deux sessions de discussions entre hauts gradés de leurs forces armées, par vidéo-conférence, depuis l'intervention russe en Syrie commencée le 30 septembre.

"Nous aurons une nouvelle discussion avec les Russes demain (mercredi)", a annoncé lors d'une conférence de presse à Boston le secrétaire à la Défense. "Ces discussions progressent et j'espère qu'elles se concluront prochainement", a plaidé M. Carter.

Il s'exprimait aux côtés du secrétaire d'Etat John Kerry et leurs homologues australiennes Julie Bishop et Maryse Payne pour les entretiens annuels diplomatiques et militaires entre les deux alliés.

Les Etats-Unis sont à la tête d'une large coalition qui bombarde depuis plus d'un an en Syrie et en Irak le groupe Etat islamique (EI), un puissant groupe ultra-radical sunnite qui contrôle de vastes régions dans ces deux pays, sans parvenir à le neutraliser.

La Russie est intervenue le 30 septembre avec son aviation dans le conflit pour venir en aide au régime syrien, son allié, qui était en mauvaise posture après plusieurs revers face aux rebelles. Moscou affirme que ses avions bombardent l'EI et d'autres groupes islamistes dans plusieurs régions de Syrie.

Washington accuse au contraire Moscou de ne pas frapper l'EI mais les rebelles modérés syriens et de ne chercher qu'à sauver le régime du président Bachar al-Assad.

Les Américains appellent toutefois les Russes à "coopérer" pour trouver une solution politique au conflit syrien.

nr/sha