NOUVELLES
13/10/2015 04:41 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Schäuble admet que les migrants font peser un sérieux risque sur son budget

Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a reconnu mardi qu'il "ne savait pas" si le budget fédéral allemand pourrait ressortir à l'équilibre l'an prochain, ce qui reste son objectif en dépit de milliards de dépenses pour les migrants.

"Nous voulons y arriver sans contracter de nouvelles dettes, si possible", a déclaré le ministre conservateur devant un congrès de fabricants de machines-outils à Berlin. "Dans ma famille politique ils m'ont demandé: +pourquoi dis-tu si possible?+, eh bien parce que la vérité est que je n'en sais rien", a poursuivi M. Schäuble.

L'Allemagne a amené l'an dernier, pour la première fois depuis 1969 et un an avant l'horizon prévu, son budget fédéral à l'équilibre, c'est-à-dire que l'Etat n'a pas contracté de nouvelles dettes. L'objectif du gouvernement d'Angela Merkel est que cet équilibre - le "zéro pile" que les conservateurs avaient promis à leurs électeurs - devienne la règle.

Mais l'Etat fédéral fait face à des milliards d'euros de dépenses qu'il n'avait pas anticipées, alors que l'Allemagne attend cette année autour d'un million de demandeurs d'asile.

Ces arrivées massives représentent "un plus grand défi que la plupart des choses que nous avons eues à faire ces 65 dernières années", a déclaré M. Schäuble, et recèlent "un potentiel de risque incroyable" pour les finances publiques.

Pour autant "nous pouvons et allons surmonter ce défi", a déclaré M. Schäuble, dans la lignée des assurances données régulièrement par Mme Merkel.

Le gouvernement a promis des milliards d'euros d'aides aux communes et aux Etats régionaux allemands, chargés de l'accueil et de l'hébergement des migrants. L'Etat va notamment verser une somme forfaitaire par demandeur d'asile "pour que cessent les jérémiades" des collectivités, a expliqué M. Schäuble.

La politique du "zéro pile", incontournable selon le gouvernement du fait du vieillissement de la population allemande, est critiquée par certains économistes et partenaires de l'Allemagne, qui reprochent au pays de ne pas investir assez.

mtr/bt/amd