NOUVELLES
13/10/2015 07:34 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Pakistan: l'EI derrière un attentat sanglant contre un bus à Karachi (ancien ministre)

Le groupe Etat islamique était derrière un attentat sanglant visant des chiites à Karachi en mai dernier, a déclaré à l'AFP un ancien ministre pakistanais, à rebours des déclarations du gouvernement affirmant que le groupe jihadiste n'est pas implanté au Pakistan.

Rehman Malik, ancien ministre pakistanais de l'Intérieur et chef d'un comité du Sénat sur les affaires intérieures, a affirmé lundi soir que l'EI était "à 100%" responsable de l'attaque, citant le témoignage d'un chef de la police devant son comité.

En mai, des hommes armés étaient entrés de force dans un bus à Karachi, tuant 45 membres de la minorité ismaélienne, l'un des attentats les plus meurtriers au Pakistan cette année.

L'EI avait rapidement affirmé être derrière cette attaque sectaire, la première revendiquée au Pakistan par le groupe extrémiste qui a conquis de vastes pans de territoire en Irak et en Syrie.

Mais Islamabad a jusque là démenti toute activité de l'EI dans le pays, déjà ensanglanté depuis plus d'une décennie par des violences liées aux rebelles talibans ou à Al-Qaida.

En juin, des responsables des services de police et du renseignement avaient suggéré que l'EI pourrait être lié à cet attentat via un groupe extrémiste local, le Lashkar-e-Jhangvi (LeJ), le mouvement le plus violent et férocement anti-chiite au Pakistan.

Les enquêteurs avaient indiqué que le LeJ pourrait avoir perpétré ce massacre dans le but de s'affirmer sur la scène internationale, et de bénéficier en conséquence d'importants financements de l'EI.

"L'EI est à 100% impliqué, l'attaque a été planifiée depuis la Syrie, et les assaillants avaient reçu les ordres d'un Pakistanais membre de l'EI qui se trouve actuellement en Syrie", a assuré M. Malik à l'AFP après avoir entendu lundi le témoignage du chef de la police de la province du Sindh, dont Karachi est la capitale.

"Jusque là, 14 personnes appartenant à l'EI ont été arrêtés au Pakistan", a-t-il ajouté.

Selon M. Malik, le cerveau présumé de l'attaque, Abdul Aziz, originaire de la province du Penjab, a quitté le Pakistan pour la Syrie.

ga/st/cnp/emd/alc