NOUVELLES
13/10/2015 12:31 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Les principales conclusions du rapport sur les causes du crash du vol MH17

Voici les principales conclusions de l'enquête internationale menée par les Pays-Bas sur les causes du crash du vol MH17, abattu le 17 juillet 2014 avec 298 personnes à bord alors qu'il survolait l'est de l'Ukraine.

- Le Boeing 777 de Malaysia Airlines a été abattu par une ogive de type 9N314M lancée par un système de missile sol-air de type BUK, de fabrication russe. Le missile se déplaçait à une vitesse d'environ 700 mètres par seconde.

- L'ogive a explosé à 13H20 GMT près de la partie supérieure gauche du cockpit, projetant des centaines de fragments contre l'appareil, qui volait à une altitude d'environ 10.000 mètres.

- Le type de missile utilisé a été déterminé grâce aux enregistrements sonores de la détonation, son impact sur le fuselage et la forme caractéristique, carrée ou "noeud papillon", des fragments retrouvés.

- Suite à la détonation, le cockpit a été "quasi instantanément" séparé du reste du fuselage. Le pilote, son copilote et un membre du personnel navigant, qui se trouvaient dans le cockpit, ont été tués sur le coup.

- Le reste de l'appareil a continué à avancer sur environ 8,5 kilomètres avant de se disloquer. La queue de l'appareil est tombée au sol avant la partie centrale du fuselage. Cette dernière a continué à avancer un peu plus pour finalement prendre feu après avoir percuté le sol.

- Il est impossible de déterminer combien de passagers étaient déjà décédés au moment de l'impact au sol. Le rapport ne peut en outre "pas exclure" que certains passagers soient restés un moment conscients pendant la chute de l'appareil.

Selon l'OVV, il est toutefois "probable" que les passagers étaient "à peine en mesure de comprendre la situation dans laquelle ils se trouvaient".

- L'enquête n'a pas désigné qui a lancé le missile. L'OVV a délimité une zone de 320 kilomètres carrés d'où il a pu être tiré, mais n'a pas déterminé qui des rebelles prorusses ou des forces gouvernementales ukrainiennes contrôlait les différentes parties de cette zone.

- L'Ukraine aurait dû fermer l'espace aérien au-dessus de l'est du pays en raison du conflit y faisant rage. Deux avions militaires ukrainiens avaient été abattus les 14 et 16 juillet grâce à des systèmes capables d'atteindre l'altitude de vol des avions de ligne. Le 17 juillet, jour du crash, 160 avions de ligne ont survolé l'est de l'Ukraine.

- Le rapport recommande à l'Organisation de l'aviation civile internationale et l'Association internationale du transport aérien de changer ses règles afin que des décisions adéquates soient prises pour la fermeture d'espaces aériens.

Il encourage notamment le partage d'informations, la prise en compte de l'aviation civile dans les évaluations sur la sécurité des espaces aériens ainsi que la clarification de certaines responsabilités incombant aux Etats.

- Le rapport recommande aux compagnies aériennes de mener leurs propres évaluations sécuritaires concernant les espaces aériens à risque.

- En raison d'une mauvaise coordination dans la recherche d'informations sur les passagers, les proches des victimes ont dû attendre entre deux et quatre jours après le crash avant d'obtenir confirmation officielle de la mort de leurs êtres aimés.

Le rapport recommande dès lors de mentionner les nationalités sur les listes de passagers afin de faciliter la recherche d'informations.

ndy/jkb/mbr/abk

MAS - MALAYSIAN AIRLINE SYSTEM (MALAYSIA AIRLINES)