NOUVELLES
13/10/2015 03:18 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Japon: le gouverneur d'Okinawa révoque le permis des travaux d'une base militaire américaine

Le gouverneur d'Okinawa a révoqué mardi le permis accordé par son prédécesseur pour les travaux destinés au transfert d'un site militaire américain sur cet archipel du sud du Japon, nouveau rebondissement dans le bras de fer qui l'oppose au gouvernement central.

Actuellement située dans la ville de Ginowan, la base aérienne de Futenma doit être déplacée vers une région littorale moins peuplée, à Henoko, mais les habitants d'Okinawa réclament sa fermeture pure et simple.

Le gouverneur d'Okinawa, Takeshi Onaga, a refusé de donner son accord alors que les travaux - qui n'en sont qu'à leurs débuts - avaient repris le mois dernier après un mois d'interruption. M. Onaga cite des "défauts" constatés dans l'accord donné par son prédécesseur en 2013.

"Nous ferons de notre mieux pour tenir ma promesse de ne pas construire de nouvelle base à Henoko", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse à Okinawa.

Les autorités de cette île subtropicale et le gouvernement central devraient porter leur dispute devant les tribunaux, selon la presse locale.

Archipel occupé par les Américains après-guerre et rétrocédé aux Japonais en 1972, Okinawa héberge plus de la moitié des 47.000 soldats américains stationnés au Japon, une cohabitation forcée qui est mal vécue par la population locale. Les habitants se plaignent de nuisances sonores, des risques d'accidents et y voient la porte ouverte à la criminalité.

Si tous conviennent que le site actuel, implanté dans une zone de forte concentration urbaine, n'est pas adapté, les Etats-Unis refusent de le fermer tant qu'une base de remplacement n'est pas prête.

"Ce refus (...) met à bas les efforts menés par les responsables d'Okinawa et du gouvernement pour mettre fin aux dangers que présente Futenma", a déclaré le porte-parole du gouvernement. "Je pense que c'est très regrettable".

Une série de manifestations ont été organisées à Tokyo et Okinawa contre la construction de la base à Henoko, où tout projet risque selon les écologistes de gravement endommager les récifs de corail et le fragile habitat du dugong, un mammifère marin rare. Tokyo et Washington soutiennent le projet que le Premier ministre japonais Shinzo Abe avait qualifié le mois dernier de "seule solution".

si-uh/kap/ros