NOUVELLES
13/10/2015 08:34 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Inde: Rushdie accuse Modi de cautionner les violences contre les intellectuels

L'absence de condamnation par le Premier ministre indien Narendra Modi des attaques visant des intellectuels permet la montée d'une "violence brutale" en Inde, a estimé mardi l'écrivain Salman Rushdie.

L'auteur britannique d'origine indienne a jugé que le silence du dirigeant nationaliste hindou après des violences d'extrémistes religieux et de la droite radicale mettait en danger la liberté d'expression.

Une vingtaine d'auteurs indiens ont décidé de rendre leur prix ou de renoncer à un poste au cours des dernières semaines pour protester contre l'absence de réaction du pouvoir après ces attaques, en particulier après le meurtre en août de l'intellectuel M. M. Kalburgi.

"Je pense que s'est immiscé dans la vie des Indiens un niveau de violence brutale qui est inédit", a dit l'écrivain à la chaine NDTV depuis Londres.

"Et il semble, je dois le dire, que c'est avec l'assentiment donné par le silence des autorités, le silence des services du Premier ministre", a-t-il ajouté.

Le dernier incident est survenu lundi quand un groupe d'extrême droite nationaliste a attaqué l'organisateur du lancement d'un livre d'un ancien ministre des Affaires étrangères pakistanais à Bombay, lui jetant au visage de l'encre noire.

"Modi est un monsieur très loquace. Il a beaucoup à dire sur nombre de sujets et il serait très bon d'entendre ce qu'il a à dire à propos de tout cela", a ajouté l'auteur des "Versets sataniques".

ja/erf/ef/amd