NOUVELLES
13/10/2015 18:19 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Hillary Rodham Clinton défend ses volte-face lors du premier débat démocrate

LAS VEGAS — Hillary Rodham Clinton a vigoureusement défendu ses volte-face sur le commerce, sur le mariage gai et sur d'autres enjeux dès le début du premier débat opposant cinq candidats démocrates aux primaires présidentielles, mardi.

Elle a nié avoir changé d'opinion simplement pour se mettre au diapason des électeurs.

Elle a notamment déclaré qu'elle avait souhaité continuer d'appuyer le Partenariat transpacifique - un accord qu'elle défendait alors qu'elle était secrétaire d'État - mais qu'elle a changé d'avis car l'entente ne correspondait pas à ses exigences.

L'ancienne première dame des États-Unis demeure toujours la favorite pour représenter les démocrates à l'occasion de la prochaine élection présidentielle mais son avance a faibli devant la montée du sénateur du Vermont Bernie Sanders, dont l'énergie a revigoré la gauche américaine.

M. Sanders a toujours dénoncé l'idée voulant qu'il ne pourra jamais être élu à la Maison-Blanche en raison de ses idées «socialistes». Il a fait remarquer que de grandes foules venaient l'entendre lors de ses rassemblements. Lorsqu'on lui a demandé s'il est un capitaliste, il a répondu en comparant le capitalisme à un casino où «peu de gens gagnent beaucoup d'argent». Soulignant que l'insouciance de Wall Street nuisait à l'économie, il a déclaré: «non, je ne le suis pas». 

Hillary Rodham Clinton a tenté de dénigrer son rival en disant qu'il n'appuyait pas assez le contrôle des armes à feu.

Bernie Sanders, qui a voté contre un projet de loi sur la question, a défendu ses positions antérieures et a réclamé de meilleurs soins de santé pour les malades mentaux, des vérifications plus poussées des antécédents des propriétaires d'armes et de mettre un terme aux échappatoires de la réglementation en la matière.

Trois autres candidats, qui ne récoltent que de menus appuis selon les sondages, ont aussi été invités au débat: l'ancien gouverneur du Maryland Martin O'Malley, un ex-secrétaire à la Marine et un ancien sénateur de la Virginie, Jim Webb et un transfuge républicain du Rhode Island, Lincoln Chafee.