NOUVELLES
12/10/2015 22:18 EDT | Actualisé 12/10/2016 01:12 EDT

Des Syriens ont été forcés de quitter leur village,selon Amnistie internationale

BEYROUTH — Des combattants kurdes pro-américains ont démoli des villages et contraint des milliers de civils, en grande majorité des Arabes, à quitter leur maison dans le nord de la Syrie en guise de représailles face à ce qu'ils percevaient comme un appui à l'État islamique et à d'autres extrémistes, a accusé Amnistie internationale, mardi.

L'organisation a visité 14 villes et villages dans les provinces de Hasaka et de Raqqa qui sont sous le contrôle des Kurdes. Elle a été témoin d'abus comparables, selon elle, à des crimes de guerre.

Selon Amnistie internationale, au moins deux villages ont été complètement rasés. La population a dû évacuer au moins huit autres villages. Les citoyens ont été, parfois, menacés d'être abattus ou d'être visés par des bombardements américains. Les combattants kurdes s'en sont surtout pris à des Arabes mais aussi à des Turcs et à d'autres Kurdes.

Les combattants kurdes auraient indiqué à Amnistie internationale que les déplacements massifs étaient effectués pour des raisons de sécurité.

Un porte-parole kurde a déclaré à l'Associated Press que les troupes ont peut-être commis des petites violations contre des gens soupçonnés d'avoir des liens avec l'État islamique. Il a affirmé que ces mesures ne sont aucunement l'équivalent d'un nettoyage ethnique.

Une conseillère d'Amnistie internationale, Lama Fakih, a qualifié ces mesures de «punitions collectives».

«Dans sa guerre contre l'État islamique, les combattants kurdes semblent bafouer les droits des civils qui sont pris au milieu des combats», a-t-elle déclaré.

Amnistie internationale a demandé aux dirigeants kurdes de mettre un terme aux abus, de dédommager les familles qui ont perdu leur foyer et de punir les responsables.

Les Kurdes, qui composent la principale minorité ethnique en Syrie, ont créé une enclave semi-autonome dans le nord du pays depuis le début de la guerre civile en 2011. Leurs troupes figurent parmi les plus efficaces dans la guerre contre l'État islamique.

 

Sarah El Deeb, The Associated Press