NOUVELLES
13/10/2015 12:53 EDT | Actualisé 13/10/2016 01:12 EDT

Air France: cinq salariés seront jugés le 2 décembre pour violences

Cinq salariés d'Air France seront jugés le 2 décembre pour les violences de la semaine dernière contre des dirigeants de la compagnie, dont les images ont fait le tour du monde, a-t-on appris auprès de source judiciaire.

Les cinq hommes, en garde à vue depuis lundi matin, ont été présentés à un juge mardi après-midi du parquet de Bobigny, près de Paris.

Ils seront jugés le 2 décembre pour des "faits de violences en réunion ayant entraîné une ITT (Incapacité temporaire de travail) n'excédant pas huit jours", a précisé le parquet.

Âgés de 35 à 48 ans, quatre sont employés de la branche cargo Air France et un d'Air France Industries. Certains ont un mandat au syndicat contestataire CGT, selon une source proche du dossier.

Ils sont soupçonnés d'avoir eu un rôle actif dans les incidents du 5 octobre intervenus en marge du Comité central d'entreprise (CCE) consacré à l'annonce d'un plan de restructuration impliquant une possible suppression de 2.900 postes: deux dirigeants d'Air France avaient été agressés et obligés de s'enfuir, leurs chemises arrachées.

Selon le parquet, quatorze plaintes ont été déposées après ces violences: neuf émanant de vigiles et cinq de cadres de l'entreprise.

Une enquête interne à la compagnie a par ailleurs permis d'identifier une dizaine de salariés impliqués dans ces violences. Les sanctions, qui pourraient aller jusqu'au licenciement, devaient être annoncées à des salariés en ce début de semaine, selon une source proche du dossier.

A l'aéroport de Roissy, plusieurs militants syndicaux et salariés de la compagnie continuaient d'occuper mardi la zone de fret, en soutien aux cinq salariés mis en cause. "Ce qui se passe est proprement scandaleux", a tonné le numéro un de la CGT, Philippe Martinez, exprimant sa "colère".

Le président français François Hollande en a de nouveau appelé mardi au "dialogue social" et à "la responsabilité" en déplorant "la brutalité", qu'elle vienne des "mouvements" sociaux ou d'un "certain nombre de décisions" des "patrons".

bur-jlo-sva/tmo/mw/ger