Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Type de collaboration possible avec le Bloc: Mulcair refuse de préciser

VICTORIA — Thomas Mulcair refuse de préciser si l'alliance qu'avait scellée la coalition libéraux et néo-démocrates avec le Bloc québécois en 2008 serait à nouveau acceptable à ses yeux, dans l'éventualité d'un gouvernement minoritaire à Ottawa.

À neuf jours du vote, alors que la lutte reste serrée entre conservateurs, néo-démocrates et libéraux, la possibilité de l'élection d'un gouvernement minoritaire le 19 octobre demeure très probable.

Dans sa plateforme électorale, le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) indique vouloir «travailler de concert avec d'autres partis fédéralistes», afin de «mettre un terme à la décennie perdue de Stephen Harper».

Invité samedi à préciser s'il jugeait acceptable le type d'alliance signée par la coalition libérale et néo-démocrate avec le Bloc québécois en 2008, il a esquivé la question. En point de presse à Victoria, il a préféré rappeler que ce sont les libéraux qui ont mis fin à cette coalition, imposant ainsi aux Canadiens plusieurs autres années de gouvernement conservateur.

En 2008, le Bloc avait donné formellement son appui à la coalition, avec un accord valide pour 18 mois. Gilles Duceppe était d'ailleurs assis aux côtés de Stéphane Dion et de Jack Layton dans la conférence de presse annonçant cette entente.

M. Mulcair faisait campagne à Victoria samedi, où il a livré un discours dans un rassemblement partisan très couru. La bataille n'est toutefois pas gagnée pour les néo-démocrates en Colombie-Britannique, alors qu'ils sont au coude-à-coude avec les libéraux et les conservateurs à l'échelle de la province. À Victoria, la principale opposante du député sortant Murray Rankin est une candidate du Parti vert, Jo-Ann Roberts.

Fannie Olivier, La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.