Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Harper change de thème de la campagne en visant les poches des Canadiens

SASKATOON _ Le Parti conservateur a compris, en neuf ans de gouvernance, que ce qui fait sa popularité est de viser le portefeuille des gens, et il semble que Stephen Harper ait l'intention de miser sur ces forces pour le dernier droit de la campagne. C'est précisément ce que faisait le ministre des Finances sortant, Joe Oliver, samedi à Toronto.

Les conservateurs se sont notamment engagés à accorder un crédit d'impôt permanent pour la rénovation, un autre pour l'accessibilité à la propriété, un autre pour les aînés seuls. Ils ont aussi promis d'améliorer le Régime enregistré d'épargne-études (REEE).

Chacun de ces engagements mettrait de l'argent dans les mains des citoyens, sans déficit ni hausse d'impôt majeure, soutient M. Harper.

Les conservateurs tentent aussi de comparer leur plateforme avec celle du Parti libéral, qui prévoit des déficits budgétaires jusqu'à 10 milliards $ par année durant trois ans pour investir dans les infrastructures.

D'après l'expert politique Jim Bickerton de l'université Saint-François-Xavier en Nouvelle-Écosse, M. Harper pourrait avoir réussi à tirer son épingle du jeu en se concentrant sur l'économie, cette semaine.

"Ça se passe comme ils veulent."

M. Bickerton affirme aussi que le chef conservateur a détourné l'attention des critiques qu'il recevait pour la réponse du gouvernement à la crise des réfugiés en ramenant la question du niqab à l'avant-plan.

"C'était une stratégie délibérée, car ils avaient besoin de changer les sujets de discussions", explique le professeur de sciences politiques.

Mais alors qu'il continue d'attirer des supporters dans ses événements de campagne, M. Harper rencontre aussi des manifestants et des opposants d'un bout à l'autre du pays. Jeudi, un manifestant a troublé l'ambiance de fête lorsqu'il a semblé foncer vers le premier ministre, avant d'être escorté à l'extérieur.

Lors d'un autre événement, à Oshawa, des travailleurs du secteur automobile ont été insultés par des partisans du Parti conservateur, qui les ont traités "d'enfants gâtés" pour leur opposition au Partenariat transpacifique.

Plus tôt dans la semaine, plus d'une centaine de personnes derrière une clôture se faisaient entendre à l'extérieur d'un rassemblement, à Saskatoon. Une femme autochtone jouait du tambour et encourageait les Premières Nations à voter contre Stephen Harper.

Cheryl Maloney, qui a milité auprès des conservateurs pour obtenir une enquête sur le meurtre et la disparition de centaines de femmes autochtones, croit que les opposants aux conservateurs sont de plus en plus fâchés.

"Nous ne nous attendons à rien de différent de la part de Harper", a-t-elle dit au sujet du refus constant de déclencher une enquête.

La militante a passé la semaine à une rencontre de l'Assemblée des Premières Nations à Enoch, en Alberta, pour encourager les Autochtones à voter contre les conservateurs.

"J'espère avoir plus d'impact que M. Harper sur les votes", a-t-elle confié.

Les chefs en campagne, élections fédérales 2015
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.