Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Parents orphelins tient une marche lumineuse samedi soir à Montréal

MONTRÉAL — L'Association Parents orphelins, composée de femmes et d'hommes vivant un deuil périnatal, tient une marche «lumineuse» en début de soirée dans le quartier Ahuntsic à Montréal.

Créé en 2008, le groupe épaule ceux et celles qui vivent difficilement le deuil de l'enfant qui devait naître ou qui est mort avant l'âge d'un an.

Pour sa porte-parole, Alexandrine Chappet, les réactions sont souvent vives et douloureuses, notamment pour ceux et celles qui avaient déjà commencé à se sentir parent. Elles estime que perdre un bébé est l'un des deuils les plus difficiles à vivre alors que des rêves de fonder une famille, ou même de l'agrandir, s'envolent.

L'Association offre du support comme de l'écoute téléphonique ou des cafés-causeries qui permettent aux parents de mieux passer à travers leur épreuve. Des événements se tiennent entre autres à Montréal, Drummondville, Boisbriand et Saint-Jean-sur-Richelieu pour les parents orphelins plusieurs fois par mois.

On estime que chaque année, près de 23 000 familles québécoises sont touchées par le décès d'un bébé.

Selon l'Institut de la statistique du Québec, 428 enfants de 0 à 1 an sont décédés au Québec en 2013. Et on estime qu'il y aussi près de 460 mortinaissances annuellement, de même que 22 000 grossesses qui se terminent par une fausse-couche avant la vingtième semaine de grossesse.

Selon l'Institut national de santé publique, au cours des 20 premières semaines de grossesse, le risque de fausse couche est de 15 à 20 pour cent.

Mais quand la grossesse avance, il est très rare qu’un bébé décède, la probabilité étant de 4 pour 1000 pour la mortinaissance et de 3 pour 1000 pour la mortalité néonatale.

La Presse Canadienne

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.