Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les Américains suivis de près à la Coupe des Présidents

Branden Grace a frappé deux coups cruciaux au coucher du jour, samedi, à la troisième journée de la Coupe des Présidents. Ainsi, l'équipe internationale a conservé son retard d'un point sur les Américains à Incheon, en Corée du Sud.

Avec 12 duels à disputer, les États-Unis mènent 9½ contre 8½. Il s'agit de la plus mince avance en dix ans avant le dernier jour de compétition.

Les Sud-Africains Grace et Louis Oosthuizen ont brillé avec une fiche de 4-0 en équipe. Les seuls à afficher pareil dossier du côté américain ont été Tiger Woods et Steve Stricker en 2009.

Confronté au duo de Bubba Watson et J.B. Holmes, Grace a été à la hauteur avec un coup d'approche qui a mené à un oiselet, au 16e. Deux trous plus tard, avec en plus un vent de face, il a envoyé sa balle à trois pieds de la coupe, pour un autre oiselet.

« Ces deux coups-là montrent toute l'étendue de son talent, a dit Oosthuizen. La pression ne l'affecte pas. »

Les Américains ont soulevé le trophée cinq fois d'affilée, tandis que la seule victoire de l'équipe internationale a été acquise en 1998, en Australie.

« Il nous faut gagner, a ajouté Oosthuizen. Cet événement est de première importance pour nous. »

L'Américain Jordan Spieth a obtenu deux gains, épatant la galerie avec cinq oiselets sur le premier neuf en matinée, en simple. Jumelé à Patrick Reed, Spieth a vaincu Jason Day et Charl Schwartzel, 3-2.

Les Américains Phil Mickelson et Zach Johnson n'ont jamais accusé de retard contre Adam Scott et Anirban Lahiri, l'emportant aussi 3-2.

De leur côté, le Sud-Coréen Bae Sang-moon et le Japonais Hideki Matsuyama ont aisément gagné. Ils ont pris six trous d'avance avec cinq trous à disputer, contre Jimmy Walker et Chris Kirk.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.