Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La Corée du Nord célèbre le 70e anniversaire de son parti politique unique

PYONGYANG, Corée, République populaire démocratique de — Le leader nord-coréen, Kim Jong Un, a déclaré, samedi, que la Corée du Nord était prête à faire face à n'importe quelle menace émanant des États-Unis à l'occasion d'un discours livré avant une somptueuse parade visant à souligner le 70e anniversaire du parti politique unique dirigé à l'origine par son grand-père.

La parade, qui mettait en vedette des milliers de soldats marchant au pas de l'oie et de l'équipement militaire tels des missiles et des drones placés sur des camions, a donné le coup d'envoi à ce qui devrait s'avérer les plus importantes festivités de l'histoire du pays. Une façon pour Pyongyang de montrer au monde entier comme à ses propres citoyens que la dynastie Kim a le pouvoir bien en main et que son armée est une puissance avec laquelle il faut compter.

Kim Jong Un a marché sur un tapis rouge et salué sa garde d'honneur avant de monter sur une estrade et de prononcer une allocution empreinte de la rhétorique guerrière propre à son régime communiste.

Accompagné du représentant de la Chine, Liu Yunshan, et de hauts dirigeants nord-coréens, le jeune leader a affirmé que la Corée du Nord et son armée pouvaient se lancer dans tout type de guerre initiée par les «impérialistes américains». Il a ajouté qu'en faisant de la défense une priorité, le pays était devenu une «forteresse impénétrable» et une «puissance militaire mondiale».

Kim Jong Un n'a cependant pas commenté spécifiquement les capacités militaires de la Corée du Nord sur le plan nucléaire ou des missiles de longue portée, ni abordé la question de ses relations avec la Corée du sud. Il a consacré la majeure partie de son discours à faire l'éloge de son parti politique, soutenant qu'il avait considérablement amélioré les conditions de vie de la population nord-coréenne depuis la fin de la guerre de Corée en 1953 tout en la protégeant des menaces extérieures et qu'il avait l'intention de continuer.

La liste des invités pour les célébrations, qui se sont amorcées vendredi soir à minuit avec un hommage aux défunts père et grand-père du leader et devaient se conclure en soirée samedi avec un concert de Moranbong Band, le groupe musical le plus populaire du pays, était impressionnante.

Même si aucun chef d'État de la communauté internationale n'était présent, Pékin avait tout de même dépêché l'un des principaux membres du parti communiste chinois et Pyongyang était envahie par des touristes, des journalistes et des délégations venues de l'étranger.

Selon l'agence de presse officielle de la Chine, M. Liu a profité de l'événement pour rappeler à Kim Jong Un que le gouvernement chinois était prêt à collaborer avec lui afin de relancer les pourparlers sur son programme nucléaire avec les États-Unis, la Corée du Sud, la Russie et le Japon. Les discussions à ce sujet ont été interrompues il y a sept ans.

Eric Talmadge, The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.