Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Deux attentats dans un marché et un camp de réfugiés du Tchad font 38 morts

N'DJAMÉNA, Tchad — Deux groupes de kamikazes ont visé un marché très fréquenté et un camp de réfugiés du Tchad, samedi, tuant au moins 38 personnes en plus d'en blesser 51 autres, ont annoncé les autorités. Les deux attaques semblaient coordonnées.

Les autorités soupçonnent les extrémistes du groupe nigérian Boko Haram d'avoir orchestré les attaques dans le village de Baga Sola, dans l'ouest du Tchad, selon un porte-parole militaire, le colonel Azem Agouna Bermandoua, qui a parlé d'un «triple attentat».

Un groupe de femmes kamikazes a attaqué le marché de Baga Sola au moment où il était bondé de clients, tuant au moins 16 personnes, a déclaré le directeur général de la gendarmerie, le général Banyaman Cossingar. Un autre groupe de kamikazes a fait au moins 22 victimes dans un camp de réfugiés à proximité, a-t-il ajouté.

Depuis des mois, Baga Sola accueille des milliers de personnes qui fuient les attaques meurtrières du groupe islamiste Boko Haram au Nigeria. Le village est situé dans la région du lac Tchad, près de la frontière avec le Nigeria.

Bien que Boko Haram ait déjà mené des attaques dans la capitale tchadienne, les attentats de samedi semblent être les plus audacieux et meurtriers commis dans la région du lac Tchad jusqu'à maintenant.

Depuis que le nouveau président nigérian Muhammadu Buhari est entré en fonction en mai, promettant de mettre un terme à l'insurrection de Boko Haram qui a fait au moins 20 000 morts en six ans, les extrémistes multiplient les attaques au Nigeria et dans les pays voisins, notamment au Niger, au Cameroun et au Tchad.

The Associated Press

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.