NOUVELLES
09/10/2015 10:01 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Wall Street ouvre en légère hausse, soutenue par le pétrole

Wall Street a ouvert en légère hausse vendredi, soutenue par le marché pétrolier et l'optimisme au lendemain d'un document de banque centrale américaine (Fed), la montrant peu empressée à relever ses taux: le Dow Jones prenait 0,32% et le Nasdaq 0,06%.

Vers 13H40 GMT, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui n'a enregistré que des séances de hausse depuis le début de la semaine, gagnait 55,35 points à 17.106,10 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 3,02 points à 4.813,81 points.

L'indice élargi S&P 500, particulièrement surveillé par les investisseurs, s'adjugeait 0,21%, soit 4,29 points, à 2.017,72 points.

Jeudi, la Bourse de New York avait progressé, puisant dans les "minutes" de la Fed l'énergie pour poursuivre la hausse engagée depuis le début du mois: l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avait gagné 0,82% à 17.050,75 points, et le Nasdaq 0,41% à 4.810,79 points.

Désormais, Wall Street avance, "accentuant une forte hausse sur l'ensemble de la semaine, tandis que le secteur de l'énergie était soutenu par la reprise persistante des cours du pétrole", ont mis en avant les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

Les cours du pétrole gagnaient encore près d'un dollar le baril à New York, poursuivant leur essor entamé début octobre, dans un marché soutenu par les inquiétudes géopolitiques liées à la Syrie, ainsi qu'un accès de faiblesse de la monnaie américaine.

Les marchés continuaient également à réagir favorablement à la publication la veille du compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed, à la mi-septembre, qui avait alors renoncé à commencer à retirer son soutien actuel à l'économie.

Alors que les investisseurs se demandent si la banque centrale américaine commencera à relever avant la fin de l'année ses taux, actuellement presque nul, les "minutes" publiées jeudi ont confirmé la prudence de ses responsables face à l'économie mondiale, ce qui a plutôt rassuré le marché.

"Le problème, c'est que les marchés pourraient involontairement encourager la Fed à relever ses taux avant la fin de l'année", a nuancé Patrick O'Hare de Briefing. "En d'autres termes cet enthousiasme, lié à l'idée qu'il n'y aura pas de hausse des taux avant la fin 2015 (...), pourrait très bien convaincre le comité monétaire de les relever avant l'arrivée du père Noël".

"Ce sont juste quelques réflexions", a-t-il prudemment ajouté. "On ne peut pas encore se baser dessus car, pour le moment, les chiffres sur les exportations et les importations américaines ne donnent pas franchement d'argument à la Fed pour relever ses taux".

Les prix des produits importés aux Etats-Unis sont restés dans le rouge en septembre pour le troisième mois consécutif même s'ils ont redressé la barre, selon les données du département du Travail vendredi.

Le marché obligataire reculait légèrement, le rendement des bons du Trésor à dix ans montant à 2,110% contre 2,099% jeudi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,940% contre 2,937% auparavant.

jdy/jld/are