NOUVELLES
09/10/2015 11:41 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Transgenres à la télé québécoise, un défi de « casting »

En septembre dernier au TIFF, deux films ont soulevé des discussions sur la manière dont les transgenres et l'identité de genre sont dépeints à l'écran. Des observateurs se demandaient si les rôles de transgenres devaient être joués par des acteurs transgenres.

Au cours des dernières années, les performances à l'écran des acteurs Jeffrey Tambor, de la télésérie américaine Transparent, qui porte sur un père de famille qui devient transgenre, et Jared Leto, qui a obtenu un Oscar pour son rôle de femme trans dans Dallas Buyers Club, ont également porté la question à l'avant-scène.

La question se pose aussi au Québec : comment représenter la diversité culturelle et de genre à l'écran? Comment recruter les comédiens pour interpréter ces rôles?

Lucie Robitaille est l'une des agentes de distribution artistique les plus en vue de l'industrie. Elle a notamment distribué les rôles des films Jésus de Montréal, Léolo et Guibord s'en va-t-en guerre, et ceux des séries Les filles de Caleb, Unité 9 et 30 vies.

Elle admet que représenter à l'écran des minorités ethniques ou des transgenres demeure un défi.

Si ces démarches se révèlent infructueuses, Lucie Robitaille cherche alors des comédiens professionnels qui réussissent la plupart du temps l'audition avec brio. « Comédien, c'est un métier », rappelle-t-elle.

La directrice de distribution remarque également que les homosexuels ne jouent pas souvent des rôles liés à leur statut. « On doit regarder en premier la performance de l'acteur. En audition, un moment de grâce arrive. C'est comme si le personnage arrivait devant nous. Tout à coup, le personnage prend forme et c'est magique. Et tu ne demandes pas d'où il vient. »

La diversité à l'écran

Le problème le plus pressant à l'écran au Québec concerne la diversité culturelle. Lucie Robitaille, qui s'occupe de la distribution de 30 vies, qui met en scène des élèves multiculturels, connaît bien ce défi.

Le vrai changement surviendra dans 10, voire 20 ans selon elle, lorsqu'il y aura suffisamment de comédiens d'origine ethnique.

Avec la collaboration de Mélanye Boissonnault