NOUVELLES
09/10/2015 11:49 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Pour le Nobel de la Paix 2011, Leymah Gbowee, justice n'a pas été faite en Sierra Leone

Leymah Gbowee, co-lauréate du Prix Nobel de la Paix en 2011, a appelé vendredi à Londres à la vente des biens de l'ex-président libérien Charles Taylor au profit des victimes de la guerre civile en Sierra Leone, pour que justice soit faite.

Charles Taylor a été condamné à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité lors de la guerre civile en Sierra Leone (1991-2002) et est actuellement détenu dans une prison de haute sécurité au Royaume-Uni.

Interrogée lors du forum "Women in the World" animé à Londres par la journaliste vedette britannico-américaine Tina Brown pour savoir si, selon elle, justice avait été faite concernant Charles Taylor, Leymah Gbowee a répondu par la négative.

"Si vous regardez les images de personnes qui ont souffert en Sierra Leone, des images d'une main ou de deux mains coupées... ces personnes devront toujours lutter pour trouver un lit où dormir, de la nourriture à manger, de l'argent pour aller à l'école ou y envoyer leur enfants", a-t-elle fait valoir.

"Taylor, même s'il est en prison, a droit à trois repas par jour. Quand il est malade, il va voir un médecin et quand il y a quelque chose qui ne va pas, des groupes comme Amnesty International ou Human Rights Watch se penchent sur son traitement dans une prison britannique", a-t-elle ajouté, regrettant que les victimes sierra-léonaises "n'aient pas droit à ça".

"Donc, pour moi, la justice sera finalement faite si tous ses actifs sont vendus et qu'une partie de cette vente est donnée à ces personnes de sorte que leur vie puisse être meilleure."

Elle s'est félicitée de l'emprisonnement de Charles Taylor, pour prouver "aux autres dirigeants africains" qu'il n'y a "pas d'impunité".

Elle a également reconnu que la "colère" était un moteur pour elle.

"Gandhi était en colère, Mandela était en colère, Tutu était en colère, tous ceux qui ont fait de grandes choses dans ce monde sont en colère", a-t-elle dit.

"Ce qui nous différencie, vous et moi, des gens comme Charles Taylor, c'est que nous choisissons d'utiliser notre colère de manière constructive."

Charles Taylor, 67 ans, ancien homme fort du Liberia, avait été reconnu coupable en avril 2012 par le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) d'avoir aidé et encouragé une campagne de terreur visant à obtenir le contrôle du pays en fournissant armes, munitions et autres aides logistiques au Front révolutionnaire uni (RUF) en échange de diamants.

La guerre civile sierra-léonaise a été l'une des plus horribles de l'histoire africaine, avec quelque 120.000 morts et des milliers de civils mutilés.

mc/jk/mda