NOUVELLES
09/10/2015 11:11 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Mondial-2015 - Galles-Australie: Biggar-Foley, duel de bourreaux à Twickenham

Cauchemars de l'Angleterre à une semaine d'intervalle, le Gallois Dan Biggar et l'Australien Bernard Foley vont se retrouver face à face samedi à Twickenham lors de la "finale" de la poule A déterminante pour la première place.

Vingt-trois points pour le premier à 100 % de réussite sur les 28 concédés par les Anglais battus (28-25) il y a deux semaines; 28 points pour le second dont deux essais brillants lors du cinglant revers (33-13) de samedi dernier, synonyme d'élimination du pays hôte.

Twickenham rêve depuis une semaine de ce duel d'ouvreurs de la nouvelle génération (avec l'Argentin Nicolas Sanchez) aux styles différents; Biggar le gestionnaire et Foley davantage porté sur la prise de risques.

Leur objectif commun samedi sur le gazon londonien: poursuivre leur récital et éviter les Springboks en quarts de finale.

Qui prendra l'ascendant samedi ?

. Biggar, assurance tout risque

Pas tout à fait 26 ans, sélectionné 37 fois --la première à 19 ans--, Biggar (1,85 m, 94 kg) évolue aux Ospreys. Il a eu la lourde tâche juste avant la Coupe du monde de succéder comme buteur à l'arrière de Toulon Leigh Halfpenny, gravement blessé à un genou.

Son début de Coupe du monde l'a transformé, transcendé dit-on même du côté de Cardiff avec une réussite au pied exceptionnelle (13 sur 13) parfaitement combinée avec une maturité et une assurance nouvelles, au côté du demi de mêlée Gareth Davies, autre révélation de l'épreuve.

"Pour moi, Dan n'est pas loin d'être l'un des meilleurs demis d'ouverture au monde, avoue Neil Jenkins, légende galloise du poste, dans l'encadrement national aujourd'hui.

"Il est exceptionnel face aux perches, et ce depuis son plus jeune âge. À 15 ans, il a intégré le centre de formation dans lequel j'entraînais, et il a toujours été très bon. Il n'a jamais eu besoin de trop travailler sa technique. Il a un bon état d'esprit et d'excellentes compétences de buteur", poursuit l'homme aux 1049 points avec les Dragons.

Le sélectionneur gallois Warren Gatland abonde dans l'éloge envers Biggar, relevant que "l'esprit de compétition de Dan lui a permis de surpasser une période difficile et de se réaffirmer".

. Foley, jamais blessé

Foley, 26 ans mais seulement 38 jours de plus que Biggar, titré en Super Rugby avec les Waratahs en 2014 sous les ordres de son sélectionneur Michael Cheika, compte 23 sélections dont la dernière, mémorable, contre les Anglais.

"Je n'ai pas de relations particulières avec lui, sourit d'ailleurs Cheika. Ce qui est intéressant c'est que depuis trois ans aux Waratahs, il n'y a que lui qui a joué en dix. C'est juste de la chance, cela s'est passé comme ça, Foley est un mec très dur car il joue tout le temps, il n'est jamais blessé".

Si Foley (1,82 m, 89 kg) ne craint pas la concurrence de l'expérimenté et fantasque Quade Cooper, beaucoup moins précis au pied, "il est encore dans une phase de développement, il peut encore améliorer son jeu, il a beaucoup d'expérience à acquérir comme ouvreur. Un tournoi comme ça devrait l'aider", pense l'ancien entraîneur du Stade Français.

"Les points forts de Foley sont sa communication, son contrôle, note l'entraîneur des lignes arrières australiennes Stephen Larkham, ouvreur champion du monde en 1999. Il a beaucoup d'influence parce qu'il n'a pas peur de se montrer et de prendre ses responsabilités. En tant que cinq-huitième (ouvreur), il a donné le ton, c'est ce qu'on attend de lui".

rap/pga/dhe