NOUVELLES
09/10/2015 11:36 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Le Nobel de la paix soutient le seul espoir du printemps arabe, en Tunisie

Le Nobel de la paix a consacré vendredi un quartette d'organisations qui a permis de sauver la transition démocratique en Tunisie, berceau et seul espoir du "printemps arabe" mais dont la fragile démocratie reste menacée par la violence jihadiste.

Le comité Nobel norvégien a expliqué que son choix se voulait "un encouragement au peuple tunisien" mais aussi une invitation aux autres pays, notamment au Moyen-Orient, à suivre son exemple.

Soulignant que "la Tunisie avait réussi à éviter la déception et les espoirs gâchés qui ont marqué de manière tragique" le reste du "printemps arabe", le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a dit y voir "une inspiration pour la région et pour le monde".

Composé de l'UGTT, syndicat historique en Tunisie et fer de lance pour son indépendance, du patronat (UTICA), de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH) et de l'Ordre des avocats, le quartette est récompensé "pour sa contribution décisive à la construction d'une démocratie pluraliste à la suite de la Révolution du jasmin de 2011", a déclaré la présidente du comité Nobel, Kaci Kullmann Five.

En sommeil depuis le début de l'année, il avait été formé à l'été 2013 "à un moment où le processus de démocratisation était en danger en raison d'assassinats politiques et de vastes troubles sociaux", a-t-elle noté.

Le renversement de la dictature de Zine El Abidine Ben Ali il y a quatre ans avait été suivi d'une paralysie institutionnelle à laquelle le quartette a contribué à mettre fin en organisant un long et difficile "dialogue national" entre les islamistes et leurs opposants.

Une nouvelle Constitution a été adoptée début 2014, et le gouvernement mené par les islamistes d'Ennahda, vainqueurs des premières élections libres du pays, a cédé la place à des technocrates pour permettre au pays de sortir d'une grave crise politique.

L'exemple tunisien "montre que des mouvements politiques islamistes et laïques peuvent travailler ensemble pour parvenir à des résultats significatifs", a dit Mme Kullmann Five.

Alors que le printemps arabe a viré au chaos en Libye voisine, au Yémen et en Syrie, ou au retour de la répression en Egypte, la Tunisie est restée sur les rails.

En décembre, elle a organisé la première élection présidentielle de son histoire qui a vu la victoire de Béji Caïd Essebsi. Le Nobel consacre le "chemin consensuel" emprunté par le pays, a-t-il réagi vendredi.

- 'Phare de l'espoir' -

Secrétaire général du syndicat UGTT, Houcine Abassi a estimé que le prix était un "hommage aux martyrs de la Tunisie démocratique" tandis que Ouided Bouchamaoui, patronne de l'UTICA, exprimait la "fierté" des organisations récompensées qui ont "réussi là où les autres avaient échoué".

Le soulèvement populaire, qui a fait plus de 300 morts, avait commencé quand un jeune vendeur ambulant de fruits et légumes s'était immolé par le feu après que les autorités lui eurent confisqué sa marchandise.

Le prix Nobel est "encourageant pour les partis de l'opposition et les partis au pouvoir pour qu'ils croient à la démocratie et ne s'accaparent pas le pouvoir. C'est ça qui honore la Tunisie et son peuple", réagissait Chokri ben Nacif, un habitant de Tunis interrogé par l'AFP.

Le Premier ministre britannique David Cameron a tweeté que ce Nobel contribuait à faire de la Tunisie "un phare de l'espoir dans la région". "Il faut permettre à la Tunisie d'aller encore plus dans la réussite de sa transition", a affirmé le président français François Hollande.

Car si la Tunisie peut se targuer d'une transition modèle, elle reste fragilisée par les attentats jihadistes.

L'attentat du musée du Bardo à Tunis, en mars, a fait 22 morts. En juin l'attaque d'un hôtel fréquenté par des touristes étrangers en bord de mer à Sousse (centre) a fait 38 morts. Ces attentats ont été revendiqués par le groupe État islamique (EI).

C'est encore à Sousse qu'un député a été la cible jeudi matin d'une tentative d'assassinat par balles.

Le quartette ne figurait pas parmi les favoris du prix, parmi lesquels étaient notamment cités Angela Merkel, le pape et un médecin congolais.

Le Nobel de la paix, qui consiste en une médaille d'or, un diplôme et un chèque de huit millions de couronnes suédoises (environ 860.000 euros), lui sera remis à Oslo le 10 décembre, date-anniversaire de la mort de son fondateur, l'industriel et philanthrope suédois Alfred Nobel (1833-1896).

phy/gab/ger