NOUVELLES
09/10/2015 06:58 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Le front commun prêt à déclencher la grève dès le 26 octobre

Le front commun syndical dans le secteur public a annoncé vendredi le calendrier de grève qu'il entend observer dans le but « d'augmenter la pression sur le gouvernement », comme l'a affirmé Daniel Boyer, président de la FTQ. 

Les premiers jours de débrayage se tiendront dans la semaine du 26 octobre à raison d'une journée par région. Si les négociations n'évoluent pas, disent les leaders syndicaux, il y aura poursuite de la grève dès le 9 novembre, avec deux journées pour chacune des régions du Québec. 

Et si cela s'avère ensuite être l'impasse, disent les responsables du front commun, une grève nationale sera déclenchée les 1er, 2 et 3 décembre.

En conférence de presse vendredi, Daniel Boyer a rappelé que le front commun avait déposé ses demandes le 30 octobre 2014. « Donc ça va faire bientôt un an, dit-il. On n'a toujours pas de réponse à nos grands enjeux. »

Le Syndicat de la fonction publique du Québec s'est prononcé à son tour

Le dernier syndicat du front commun à se prononcer sur le mandat de grève dans les secteurs public et parapublic a lui aussi obtenu de forts appuis à ce mandat, dépassant les 83 %.

Le Syndicat de la fonction publique du Québec, qui a terminé jeudi soir le dépouillement des votes, a fait savoir que les 27 000 employés de bureau qu'il représente ont accordé un mandat de grève dans une proportion de 83 %, alors que les 4000 ouvriers qu'il représente ont accordé ce mandat dans une proportion de 91 %. Les deux groupes travaillent au sein des différents ministères et organismes.

Le mandat de grève du front commun porte sur six journées de grève tournante, à être exercées sur une base régionale ou nationale, au moment jugé opportun.

Mais le SFPQ va plus loin, avec un mandat de 10 journées. Celles-ci seront tenues sur une base nationale, dans son cas, puisqu'il n'y a qu'une seule accréditation syndicale pour l'ensemble du Québec. Et les jours de grève pourront être exercés sous formes d'heures, de demi-journées ou autre.