NOUVELLES
09/10/2015 01:16 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

La Corée du Nord se prépare à un fastueux anniversaire

Les fanfares résonnent dans les squares, les enfants agitent des drapeaux, les femmes en costumes traditionnels répètent leurs mouvements de danse: Pyongyang est fin prête pour de grandioses festivités à l'approche du 70e anniversaire du parti unique.

Le clou du spectacle dans ce pays qui compte parmi les plus hermétiques au monde devrait être samedi une parade militaire massive qui défilera sur la place Kim Il-Sung, avec chars, missiles et défilés au pas de l'oie.

Il s'agit de rendre hommage au Parti des travailleurs à l'occasion du 70e anniversaire de la création du parti unique d'inspiration marxiste-léniniste, qui règne au bon plaisir de trois générations de Kim, considérés comme la seule dynastie communiste de l'Histoire.

Dans les rues, on aperçoit partout les chiffres "10-10", représentant le 10 octobre, la "date de naissance" du Parti des travailleurs: sur des affiches géantes ou dans compositions florales aux principaux carrefours.

Les festivités annoncées dès février s'annoncent comme les plus fastueuses depuis que Kim Jong-Un a pris les rênes du pouvoir à la suite du décès de son père Kim Jong-Il en 2011.

Le numéro un devrait saluer la foule d'un balcon surplombant la place nommée en l'honneur de son grand-père, comme il l'avait fait lors du dernier défilé d'envergure: en 2013, une grande parade avait célébré le 60e anniversaire de l'armistice qui avait mis fin à la guerre de Corée (1950-53).

Kim Jong-Un devrait être accompagné au balcon par un haut responsable de la Chine, allié traditionnel de la Corée du Nord, Liu Yunshan, membre du comité permanent du bureau politique du Parti communiste.

Mais les représentants étrangers ne seront guère nombreux, illustrant l'isolement extrême de la Corée du Nord sur la scène internationale.

- Fierté nationale -

Ces défilés de grande envergure, occasion rare pour la Corée du Nord d'ouvrir sa porte à la presse étrangère, dont les mouvements sont restreints, ont des objectifs multiples.

A l'intérieur, c'est un déploiement de fierté nationale et de ferveur patriotique destinées à soutenir le leader suprême.

A l'intention du reste du monde, il s'agit pour la Corée du Nord de démontrer sa force ainsi que le peu de cas qu'elle fait de ce que pense la planète de ses programmes nucléaire et de missiles.

D'énormes efforts ont été fournis pour préparer le spectacle de samedi, pour lequel ouvriers, étudiants, militaires ont été mobilisés en masse.

D'après les chercheurs de l'Institut américano-coréen de l'Université John Hopkins, les images satellite confirment que le défilé s'annonce géant, peut-être parmi les plus grands de l'histoire nord-coréenne.

Un terrain d'entraînement aux défilés, dans l'est de Pyongyang, qui compte même une réproduction de la place Kim Il-Sung, fourmillait de 700 camions, 200 véhicules blindés, 800 tentes, de militaires et de chevaux, d'après des images datées du 6 octobre.

En revanche, les "lance-missiles balistiques et les canons automoteurs de longue portée qui sont les vedettes des défilés militaires nord-coréens ne sont pas identifiables", disent les chercheurs. "Ils peuvent se trouver sous abri" ou "n'arriver qu'un ou deux jours avant le défilé, comme par le passé".

L'importance des préparatifs est visible sur la route menant du nouvel aéroport international de Pyongyang jusqu'au centre-ville.

Des équipes d'ouvriers s'affairent pour déblayer les bas-côtés, d'autres mettent une nouvelle couche de peinture blanche sur la bande d'arrêt d'urgence.

Des drapeaux rouges flottent aux carrefours, le drapeau national est à l'honneur partout dans les rues.

Certains estiment que la Corée du Nord tirera une fusée samedi afin de placer un satellite en orbite, tir qui aurait été suivi quelques semaines plus tard par un quatrième essai nucléaire.

Mais les analystes et le renseignement sud-coréens jugent l'hypothèse d'un tir imminent peu vraisemblable.

Les résolutions de l'ONU interdisent à Pyongyang toute technologie relative aux missiles balistiques. Or, son programme spatial est largement considéré comme le cache-sexe de son programme de développement de missiles balistiques intercontinentaux.

gh/ev/jh