NOUVELLES
09/10/2015 09:11 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

L'ex-ministre nigériane du pétrole va se défendre des accusations de corruption

L'ex-ministre nigériane du Pétrole, Diezani Alison-Madueke, va se défendre des accusations de corruption portées contre elle dès qu'elle se sera remise d'un cancer du sein, a déclaré vendredi l'avocat de sa famille.

Mme Alison-Madueke, 54 ans, a été ministre du Pétrole de 2010 à 2015 sous la présidence de Goodluck Jonathan. Elle a été la première femme a diriger ce ministère clé - le Nigeria est le premier producteur de brut d'Afrique - et a aussi été la première présidente de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Me Oscar Onwudiwe a souligné que la priorité de l'ancienne ministre était sa santé. Elle suit une chimiothérapie et se préparait à une intervention chirurgicale lorsqu'elle s'est trouvée prise dans l'enquête pour corruption.

"Dès qu'elle se sentira mieux elle va se présenter et affronter toutes les questions. 'Allez-y. Demandez tout ce que vous voulez', va-t-elle dire. C'est dire qu'elle n'a peur de rien", a déclaré Me Onwidiwe à l'AFP.

L'avocat a également publié un communiqué où il affirme que "nous sommes ici confrontés à une campagne malveillante et murement réfléchie pour diaboliser des membres de la famille Madueke en usant de toutes sortes d'allégations légères".

"Il faut souligner que Mme Alison-Madueke n'a jamais été arrêtée ou interpellée et que son passeport n'a jamais été saisi. Elle a simplement été priée de se présenter, ce qu'elle a fait immédiatement", a-t-il ajouté.

"La famille tient à souligner qu'elle n'a aucune objection contre le fait d'inviter un de ses membres où que ce soit dans le monde pour répondre à des questions sur sa conduite privée ou officielle", a-t-il poursuivi.

L'Agence britannique de lutte contre le crime (NCA) avait annoncé vendredi dernier avoir arrêté cinq personnes à Londres dans le cadre d'"une enquête portant sur des soupçons de corruption et de blanchiment d'argent", sans dévoiler l'identité des suspects ni la date des arrestations.

Elle avait ajouté qu'ils avaient été libérés sous caution le soir même en attendant la suite, au Royaume-Uni et à l'étranger, de l'enquête commencée en 2013.

Le porte-parole présidentiel, Garba Shehu, a confirmé lundi à l'AFP que le Nigeria avait été "informé de l'arrestation de l'ancienne ministre du Pétrole à Londres pour des accusations de blanchiment d'argent".

Mme Alison-Madueke a déjà été accusée par le passé de fraude à grande échelle dans la gestion du pétrole mais a nié tout acte répréhensible.

En février 2014, le gouverneur de la Banque centrale, Lamido Sanusi, avait été limogé après avoir dénoncé le détournement de 20 milliards de dollars au sein de la compagnie pétrolière nationale NNPC.

L'actuel président, Muhammadu Buhari, qui a pris ses fonctions fin mai, a lancé une campagne contre la corruption, visant en priorité la NNPC.

phz/jlb/jhd