NOUVELLES
09/10/2015 04:07 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Départ d'Italie des premiers demandeurs d'asile transférés au sein de l'UE

Dix-neuf demandeurs d'asile érythréens ont quitté vendredi matin Rome à destination de la Suède, dans le cadre du premier transfert organisé au sein de l'Union européenne pour répartir des dizaines de milliers de réfugiés.

Tout sourire, ces 19 hommes et femmes arrivés à Lampedusa après avoir été secourus au large de la Libye sont partis à bord d'un avion de la police financière et douanière italienne, après avoir serré la main du ministre italien de l'Intérieur, Angelino Alfano, et du commissaire européen aux Migrations, Dimitris Avramopoulos.

"Cet avion représente la victoire d'une Europe qui sait être solidaire et responsable, qui sauve des vies", a déclaré M. Alfano après le départ de l'avion.

Une centaine d'autres demandeurs d'asile sont prêts à partir dans les prochaines semaines pour l'Allemagne, les Pays-Bas et "d'autres pays ayant communiqué leur disponibilité", a-t-il ajouté.

Les 19 Erythréens sont les premiers des 160.000 demandeurs d'asile qui devraient bénéficier dans les deux prochaines années de ce programme de "relocalisations", inédit au sein de l'UE.

Selon des sources aéroportuaires, le vol devrait durer six heures. Forces de l'ordre, pompiers, organisations humanitaires mais aussi médias étaient présents en nombre à l'aéroport Ciampino de Rome.

"Aujourd'hui est un jour positif et important. Ils sont 19 et ils partent dans le cadre du nouveau plan européen", a déclaré à la presse Carlotta Sami, porte-parole pour l'Europe du Sud du Haut-commissariat de l'ONU aux Réfugiés (HCR).

"C'est une journée importante parce que c'est le début du plan européen. Nous espérons qu'il aille de l'avant, mais il faut faire plus", a-t-elle ajouté en réclamant "des mesures pour les faire arriver en Europe en sécurité".

Selon les statistiques du HCR, les Erythréens représentent 26% des 132.000 personnes arrivées cette année en Italie après avoir été secourues en mer Méditerranée. Mais la traversée a coûté la vie a au moins 3.080 hommes, femmes et enfants, pour la plupart au large de la Libye.

ljm/fcc/pt