NOUVELLES
09/10/2015 17:45 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

De violents affrontements éclatent à la frontière de la bande de Gaza

GAZA, Territoire Palestinien — Le soulèvement palestinien qui s'est amorcé il y a quelques semaines à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem s'est propagé à la bande de Gaza, vendredi, sous la forme d'affrontements mortels entre des manifestants palestiniens et les forces israéliennes, alors que ces dernières tentent de mettre fin à une vague d'attaques contre des soldats et des civils de l'État hébreu.

Pour la première fois depuis le début de la présente vague de violence, des combats ont éclaté après que des Palestiniens résidant sur le territoire contrôlé par le Hamas eurent lancé des pneus enflammés et des pierres aux militaires israéliens gardant la frontière. Six contestataires ont été tués et une dizaine d'autres blessés, selon le ministère palestinien de la Santé.

Au cours des derniers jours, plusieurs jeunes Palestiniens ont attaqué des Israéliens avec des objets domestiques, dont des couteaux de cuisine, des tournevis et même un économe. Ces assaillants n'ont aucun lien connu avec les groupes armés qui ont pris pour cible par le passé l'armée et la population civile de l'État hébreu, ce qui complique les efforts des forces de sécurité pour endiguer le phénomène.

L'imprévisibilité et la brutalité des attaques, de même que le jeune âge de leurs auteurs, ont choqué les Israéliens, leur faisant craindre le début d'une nouvelle Intifada palestinienne.

À Jérusalem, un Palestinien a poignardé et blessé, vendredi, un Israélien âgé de 14 ans avec un économe avant d'être arrêté. Lors d'un autre incident survenu près de l'entrée de Kiryat Arba, une colonie israélienne en Cisjordanie, un Palestinien a été abattu par un policier après l'avoir assailli avec un couteau et tenté de s'emparer de son arme.

À Afula, dans le nord d'Israël, une femme israélo-arabe de 29 ans a été blessée par balle alors qu'elle essayait de poignarder des gens à une station d'autobus où un assaut semblable s'était déroulé la veille.

Les troubles ont commencé il y a trois semaines lorsque des Palestiniens se sont barricadés dans la mosquée Al-Aqsa, jetant des pierres, des bombes incendiaires et des feux d'artifice sur les policiers en raison des allégations des autorités palestiniennes selon lesquelles Israël prévoit modifier le fragile accord régissant le partage du lieu saint entre juifs et musulmans.

Le gouvernement israélien a nié avoir l'intention de faire une telle chose et a accusé les leaders palestiniens d'inciter la population à la violence en répandant des mensonges.

Fares Akram et Ian Deitch, The Associated Press