NOUVELLES
09/10/2015 15:01 EDT | Actualisé 09/10/2016 01:12 EDT

Colombie/Farc: des juristes devront régler le différend sur la justice

Une équipe de juristes a été chargée vendredi, dans le cadre des négociations de paix, de régler un différend entre la rébellion des Farc et le gouvernement colombien au sujet de l'accord crucial sur la justice signé le 23 septembre dernier.

En marge des pourparlers de paix de La Havane, la guérilla avait accusé les négociateurs du gouvernement de vouloir revenir sur l'accord, alors que Bogota affirmait que certains points restaient à définir.

Les négociateurs avaient alors proposé que se réunisse à nouveau le groupe international de juristes à l'origine de la rédaction de ce texte historique sur le sort judiciaire des combattants.

Vendredi, les parties ont confirmé dans un communiqué conjoint avoir mandaté cette équipe pour "chercher une solution aux récents différends apparus sur l'interprétation de certains aspects" de l'accord, au terme d'une réunion avec des représentants de Cuba et de la Norvège, accompagnateurs du processus de paix lancé en novembre 2012 à Cuba.

"Il a été convenu d'un programme de travail du groupe de juristes, qui débutera par une réunion le samedi 17 octobre", ont ajouté le gouvernement et les Farc.

Le gouvernement colombien et les Farc ont franchi une étape décisive en s'engageant à un accord de paix d'ici à mars 2016, après avoir signé ce document.

Mais le gouvernement souhaite préciser certains thèmes, ce que la rébellion refuse, affirmant que le texte "doit être accepté sans réticences" en l'état.

Le 23 septembre, les parties avaient publié un accord en dix points, mais sa version longue en 75 volets n'a jamais été dévoilée au public.

Le conflit en Colombie, le plus ancien en Amérique latine, a fait en un demi-siècle quelque 220.000 morts, impliquant guérillas d'extrême gauche, forces armées régulières et paramilitaires d'extrême droite.

ag/ka/amd