NOUVELLES
07/10/2015 13:01 EDT | Actualisé 07/10/2016 01:12 EDT

Niqab et fonction publique: Duceppe critique la déclaration de Harper

MONTRÉAL — Gilles Duceppe ne croit pas à une soudaine conversion de Stephen Harper dans le dossier du port du niqab dans la fonction publique.

Le chef du Bloc québécois a accusé le premier ministre sortant de faire preuve d'hypocrisie en laissant entendre qu'il pourrait légiférer sur cette question.

«C'est de l'opportunisme pur et total», a-t-il lâché en point de presse dans son local électoral, mercredi.

«M. Harper est toujours ouvert en période électorale, et quand il est majoritaire (à la Chambre des communes), il ne fait strictement rien», a poursuivi le leader bloquiste.

Dans une entrevue diffusée mardi soir à la CBC, le chef conservateur a réitéré qu'il étudierait la possibilité d'interdire le niqab dans la fonction publique comme il veut le faire pour les cérémonies de citoyenneté.

Il avait déjà fait une telle affirmation lors du débat des chefs de TVA, vendredi dernier, mais cette nouvelle sortie en anglais a fait les manchettes dans les médias anglophones, mercredi.

Sur cette question, Stephen Harper semble en rupture avec au moins un poids lourd du gouvernement conservateur.

En mars dernier, son président du Conseil du trésor, Tony Clement, disait trouver acceptable que les fonctionnaires livrent des services gouvernementaux avec ce voile qui cache tout le visage sauf les yeux.

«Si un individu peut faire le travail, c'est ça le critère», plaidait alors M. Clement.

En plus de critiquer Stephen Harper sur l'enjeu du niqab, Gilles Duceppe a reproché à son gouvernement de tenter de marquer des points politiques dans le dossier du déversement des eaux usées dans le Saint-Laurent.

Mélanie Marquis, La Presse Canadienne