NOUVELLES
07/10/2015 05:37 EDT | Actualisé 07/10/2016 01:12 EDT

Les shebab accueilleront les futurs soldats britanniques en Somalie "avec des balles"

Les islamistes somaliens shebab ont promis "d'accueillir avec des balles" les soldats britanniques dont Londres a annoncé le déploiement prochain en Somalie, en soutien de la Force de l'Union africaine (Amisom) qui y combat le mouvement affilié à Al-Qaïda.

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé en septembre, sans préciser de calendrier, le futur envoi de 70 militaires en Somalie et de 300 autres au Soudan du Sud, intégrés eux à la Mission de l'ONU sur place (Minuss).

"Nous apprenons par les médias que le gouvernement chrétien de Grande-Bretagne envoie des forces en Somalie pour renforcer les forces infidèles déjà sur le terrain", a déclaré mardi soir un porte-parole des shebab, Cheikh Ali Mohamud Rage, sur Radio-Andalus, la station des islamistes.

Ces soldats britanniques "ne feront aucune différence" sur le terrain, a assuré le porte-parole. "Nos ancêtres ont combattu les colonialistes britanniques dans le passé et nous emprunteront la même voie".

"Ils seront accueillis par des balles, non par des fleurs" et, "si Dieu le veut, leurs corps décapités jonchant les rues seront montrés" au monde, a-t-il lancé.

L'Amisom, déployée depuis 2007 et actuellement forte de 22.000 soldats africains de contingents du Burundi, de Djibouti, du Kenya, d'Ethiopie et d'Ouganda, épaule l'embryon d'armée somalienne dans son combat contre les shebab, qui ont juré la perte des fragiles autorités somaliennes.

Confrontés à une puissance de feu supérieure, les islamistes ont été chassés mi-2011 de Mogadiscio et depuis de l'ensemble de leurs bastions du sud et du centre de la Somalie, dont ils contrôlèrent un temps la majeure partie.

Ils restent néanmoins maîtres de larges zones rurales et privilégient désormais les actions de guérilla et les attentats suicides contre l'Amisom ou les symboles du pouvoir jusque dans la capitale Mogadiscio.

Les shebab sont parvenus en juin puis en septembre à s'emparer temporairement de deux bases de l'Amisom. La Force africaine n'a communiqué aucun bilan de ces deux attaques, mais des témoins ont fait état à chaque fois de plusieurs dizaines de morts dans ses rangs.

M. Cameron a assuré que les forces britanniques en Somalie n'auraient pas de mission de combat, mais fourniraient "un appui en termes médical, logistique et de génie".

Des forces spéciales occidentales ont déjà mené plusieurs opérations au sol en Somalie.

nur-tmc/ayv/cyb/jlb