NOUVELLES
07/10/2015 12:16 EDT | Actualisé 07/10/2016 01:12 EDT

Les animaux sont de retour autour de la centrale nucléaire de Tchernobyl

MOSCOU — Près de 30 ans après une des pires catastrophes nucléaires de l'histoire, certaines espèces animales sont de retour autour de la centrale de Tchernobyl, selon une nouvelle étude.

L'étude publiée dans le journal scientifique Current Biology démontre que des wapitis, des cerfs, des sangliers sauvages et même des loups se retrouvent en grand nombre dans la réserve de Polesie au Bélarus, une zone de 2160 kilomètres carrés créée après le désastre de 1986.

Plus de 20 000 personnes habitaient jadis dans ce secteur.

L'auteur de l'étude, le professeur Jim Smith de l'université britannique de Portsmouth, a déclaré que l'intervention humaine peut parfois être plus dangereuse pour les animaux que la radioactivité.

Les chercheurs ont procédé à des levés aériens et à l'étude des pistes au sol pour recenser les animaux. M. Smith et son équipe n'ont constaté aucune différence quant au nombre de grands mammifères retrouvés dans la réserve de Polesie et dans d'autres réserves naturelles du Bélarus.

Les loups sont même sept fois plus nombreux que dans les réserves voisines non contaminées, ce que M. Smith attribue à l'absence de chasseurs dans les zones contaminées.

Un autre chercheur qui a étudié la vie animale autour de Tchernobyl, Timothy Mousseau de l'Université de la Caroline du Sud, croit toutefois que M. Smith brosse un portrait trop optimiste de la situation.

L'explosion et l'incendie de 1986 ont répandu un nuage radioactif au-dessus de presque toute l'Europe et entraîné l'évacuation de dizaines de milliers de personnes.

The Associated Press