NOUVELLES
07/10/2015 06:15 EDT | Actualisé 07/10/2016 01:12 EDT

Le numéro un mondial de la bière tente de mettre la main sur son rival pour 90 milliards d'euros

Le numéro un mondial de la bière AB InBev a mis plus de 90 milliards d'euros sur la table pour racheter son grand concurrent SABMiller et donner naissance à un mastodonte du secteur mariant la Stella Artois, la Budweiser, la Pilsner et la Peroni.

Cette offre à 68 milliards de livres (92,27 milliards d'euros) a reçu un premier accueil très frais de SABMiller. Le président du brasseur, Jan du Plessis, a estimé que AB InBev sous-évaluait "très substantiellement" son entreprise qu'il qualifie de "joyau de la couronne de l'industrie brassicole mondiale".

Le conseil d'administration de SABMiller se réunira dès que possible et fera connaître sa réponse. Il a déjà rejeté deux offres plus basses faites en privé par AB Inbev.

Pour tenter d'emporter la mise, le groupe belgo-brésilien AB InBev a proposé mercredi une offre révisée à 42,15 livres (57 euros), ou, pour les actionnaires qui le préféreraient, un échange d'actions. Il a argué que le rapprochement des deux groupes "résulterait en un brasseur vraiment mondial", qui "opérerait dans presque tous les marchés majeurs de la bière".

Le cigarettier Altria, le principal actionnaire de SABMiller (27%) et propriétaire de Marlboro, a lui apporté son soutien à l'offre.

AB InBev commercialise entre autres les marques de bière américaine Budweiser, mexicaine Corona et belge Stella Artois, tandis que SABMiller écoule notamment les marques tchèque Pilsner Urquell, italienne Peroni, américaine Miller et néerlandaise Grolsch. Ils sont respectivement les numéros un et deux du secteur, devant le néerlandais Heineken et le danois Carlsberg.

bur-may/clp/phv