NOUVELLES
06/10/2015 21:55 EDT | Actualisé 06/10/2016 01:12 EDT

Le marché noir du matériel radioactif est en essor en Europe de l'est

CHISINAU, Moldavie — Des bandes criminelles russes s'occupent d'un marché noir de matériaux radioactifs en Europe de l'est, souvent avec l'intention manifeste de présenter de potentiels vendeurs à des groupes extrémistes au Moyen-Orient, a appris Associated Press.

Les autorités moldaves — en collaboration avec le FBI — ont empêché quatre tentatives de vendre du matériel radioactif dans leur pays. En février, un trafiquant a offert du césium radioactif sur le marché dans l'espoir d'attirer un acheteur de l'État islamique.

Le cas le plus inquiétant est survenu en 2011 lorsqu'un homme qui avait déjà exprimé des sentiments de haine contre les États-Unis a tenté de vendre de l'uranium permettant de fabriquer une bombe atomique à un acheteur soudanais.

Certains éléments de ces histoires glacent le sang: des suspects importants s'en sont tirés; des coupables ont reçu des peines clémentes ou des chefs de bandes ont pu s'enfuir avec la majeure partie du matériel nucléaire de contrebande.

Pour des raisons de stratégie, les arrestations se sont déroulées après que les autorités eurent obtenu une petite quantité d'échantillons radioactifs.

Ces tentatives répétées de passer du matériel radioactif en contrebande indique l'émergence d'un marché noir dans l'Europe de l'est, près des frontières de l'ancienne Union soviétique. La Moldavie, qui partage une frontière avec la Roumanie, est une ancienne république soviétique.

Les autorités moldaves ont partagé certains dossiers d'enquête avec AP dans l'espoir de mettre en lumière à quel point ce marché noir représente une menace. Selon elles, la fin de la coopération entre la Russie et l'Occident nuirait aux efforts pour mettre un terme aux activités de ses trafiquants qui mettent la main sur du matériel radioactif entreposé dans l'immensité russe.

Ni le FBI, la Maison Blanche ou le département d'État américain n'ont voulu commenter cette situation.

The Associated Press